Articles·Interview

◆ INTERVIEW Lily Arnould

 

I.Entre Nous:

¤ Qui es-tu Lily ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je m’appelle Emilie, j’ai 34 ans, et suis maman de deux adorables petits garçons de 8 ans et 19 mois. Je vis dans l’est de la France, plus particulièrement dans le Doubs, où nous avons acheté une jolie maison, mon compagnon et moi. Depuis maintenant plus de 12 ans, j’exerce le métier de manipulatrice en électroradiologie médicale (le nom fait barbare, mais je vous assure, c’est très intéressant !).

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

À l’origine, je suis une grande fan de lecture en tout genre : policier, fantastique, contemporain, romance… J’ai d’ailleurs lancé mon blog de critiques littéraires en 2015, avant de commencer l’écriture. Par manque de temps, je lis beaucoup moins, mais je ne désespère pas de pouvoir reprendre cette activité ! Sinon, j’aime beaucoup faire de la pâtisserie, regarder des films et des séries (merci Netflix !), passer du temps avec ma famille, mes amis,

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Dur choix ! J’aime un grand nombre d’auteurs, mais si je ne devais en citer que quelques-uns, ce serait Lori Nelson Spielman, Colleen Hoover, Emily Blaine, et Angel Arekin. En ce qui concerne mes derniers achats, ils sont au nombre de quatre : Superficial tome 1 d’Emmy Colner, Amis et plus si affinités et Je déteste Noël, mais toi je t’aime bien de Caroline G. et Kalliopée de Koko Nhan.

 

II.L’écriture :

¤ Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Depuis que je suis petite, j’écris. Des poèmes en premier lieu. Puis j’ai délaissé longtemps cette passion pour me consacrer à la lecture. Petit à petit, à force d’enchaîner les romans, je me suis dit « Pourquoi pas moi ? ». C’est ainsi que je me suis lancée, en décembre 2017, avec une première romance que je n’ai jamais terminée (mais pourquoi pas, un jour). Je ne saurais dire exactement pourquoi j’ai commencé à écrire… Je crois que c’est un exutoire, un besoin pour moi d’extérioriser tout ce qui se passe dans ma petite tête. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination, je pense qu’il était normal qu’elle s’exprime et cela a été par le biais de l’écriture.

 ¤ À quand remonte cette passion ?

Comme dit plus haut, depuis mon enfance. Elle m’est venue en même temps que le goût de la lecture, que m’a transmis ma grand-mère. Mais c’est réellement depuis 2017 que je me suis lancée dans cette grande aventure, qui je l’espère, durera le plus longtemps possible.

¤ Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

En général, j’écris le soir, quand les enfants sont couchés, et ce jusque tard dans la nuit, même si je me maudis souvent le lendemain matin ! Je n’ai pas de routine précise, j’aime juste être dans le calme, créer ma petite bulle autour de moi, avec un bon thé bien chaud et mon plaid.

¤ Écris-tu sous un pseudo ? Si oui, pourquoi ? Et comment l’as-tu choisi ?

Quand j’ai commencé, j’écrivais sous le pseudonyme d’Ely Maze. Puis j’ai signé un contrat et est venu le temps de se poser concrètement la question. J’ai finalement décidé d’écrire sous mon véritable nom, enfin presque. Lily est le diminutif d’Emilie,

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

J’aime traiter de sujets qui me tiennent à cœur, qui me touchent et à travers eux, laisser un message positif. L’amour, l’espoir. Malgré toutes les situations et les épreuves que nous impose la vie, elle vaut d’être vécue et de se battre pour trouver le bonheur. Je pense que c’est ce qui transparaît le plus dans mes écrits.

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire Hide Out (titre provisoire et édité en février 2021) ?

Tout part de l’idée d’une scène précise, que j’ai longuement mûrie dans ma petite tête. Ensuite, l’histoire m’est venue toute seule, même s’il m’a fallu une année entière pour en peaufiner tous les détails avant que je ne me lance dans son écriture.

¤ Combien de temps as-tu passé sur cette histoire ? Qu’aimes-tu le plus à son propos ? 

Entre le temps de réflexion et celui de l’écriture, il m’aura fallu deux ans et demi pour la terminer, avec une pause d’environ six mois due à la petite crevette qui a occupé mes journées pendant un petit moment.

Ce qui me plaît le plus à son sujet, ce sont les personnages ainsi que leurs manières d’évoluer malgré les embûches sur leur chemin. Ils sont forts, tentent de s’en sortir malgré les coups durs et les tours que leur joue le destin. J’ai pris également beaucoup de plaisir à décrire l’alchimie entre Ezèchiel et April, la manière dont ils sont attirés l’un par l’autre, irrémédiablement.

¤ Comment sont nés tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires de personnes célèbres, de mannequins, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou au cinéma ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Au tout départ, je me fais tout simplement une idée d’eux, les imagine. Ce n’est qu’après que je cherche des personnalités célèbres pouvant leur ressembler. Dans Hide Out, Jay Hutton correspond parfaitement à l’image que je me fais d’Ezèchiel et Willa Holland à celle que je me fais d’April. Pour Emery, Emilia Clarke lui ressemble le plus. Il n’y a que le personnage d’Austin dans ma future romance qui a été directement inspirée de Charlie Hunnam alias Jackson Teller dans la série Sons Of Anarchy.

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages (toutes fictions confondues) lequel se serait et pourquoi ?

Quelle question difficile ! Je les aime vraiment tous et chacun pour des raisons différentes. Mais je crois que j’ai une petite préférence pour Austin, justement, de ma romance en cours, All the things we lost. J’aime son charme, son côté taquin, sa bonne humeur, sa répartie et surtout, son côté protecteur. C’est un personnage qui me touche beaucoup.

¤ Où peut-on te lire ?

Actuellement, sur Wattpad, sous le pseudonyme LilyArnould. Les premiers chapitres de Hide Out sont disponibles, ainsi que de nombreux chapitres de mon roman en cours, All the things we lost. Puis dans quelques mois (février 2021 si rien ne change), Hide Out sera édité aux Éditions Nisha et Caetera et donc disponible à la vente. – Sortie prévue le 4 février 2021-

 

IV.L’envers du décor:

¤ Que préfères-tu dans ton activité d’autrice ? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments ?

Ce que je préfère nettement, c’est l’écriture. Pouvoir poser mes idées sur le papier, donner vie à mes personnages, à leurs émotions. Je ne fais pas partie des auteurs qui font énormément de recherches. J’en réalise seulement quand le besoin s’en fait ressentir, pour donner plus de crédibilité et de cohérence à mes histoires. Je n’ai pas de plans préétablis non plus. Bien souvent, j’ai le début, la fin, des scènes clefs que je souhaite relater, mais pour le reste, c’est au gré de mon imagination et de mes héros, qui n’en font parfois qu’à leurs têtes. En revanche, j’adore le moment où tout prend forme dans mon esprit, quand tout mûrit dans mes pensées et que je n’ai qu’une envie : écrire, même si j’ai déjà un roman en cours.

 

¤ Qu’as-tu éprouvé lors de la publication du premier chapitre de Hide Out sur Wattpad ?  Et pour All The Things We Lost (fiction en cours de publication sur la plateforme) ? Mieux encore, comment te sens-tu par rapport à la future édition d’April et Ezèchiel ?

Lors de la publication du premier chapitre d’Hide Out sur Wattapd, j’étais à la fois excitée et inquiète. Se mettre à nu, proposer ses écrits, les faire lire à un grand nombre de lecteurs est plutôt effrayant. Je craignais que ce ne soit pas assez bien, pas assez détaillé, pas à la hauteur. Mais le destin de ce roman a dépassé toutes mes espérances ! J’ai pu échanger avec des personnes qui m’ont beaucoup aidé et les retours ont été rapidement positifs, ce qui m’a encouragé à poursuivre dans cette voie. C’est d’ailleurs sur la plateforme que j’ai été repérée par les Éditions Nisha et Caetera, qui m’a proposé un contrat. Wattpad a donc été un véritable tremplin pour la petite autrice que je suis. Aujourd’hui, j’ai très hâte que les aventures d’April et Ezèchiel soient entre les mains de lecteurs-trices, mais, je dois l’avouer, je suis également terrifiée. J’espère qu’elles vont plaire au plus grand nombre !

En ce qui concerne All the things we lost, j’étais plus qu’impatiente de partager cette nouvelle histoire. Cette romance me tient particulièrement à cœur et j’espère qu’elle suivra le même chemin que sa grande sœur, c’est-à-dire l’édition !

 

¤ As-tu d’autres projets d’écriture? Tu peux nous en parler, ou tu préfères garder ça au chaud pour toi ?

Alors… par où commencer ! Déjà, je vais terminer l’écriture du premier tome de All the things we lost, ce qui devrait bientôt arriver. Ensuite, comme vous l’aurez compris, Emery et Austin auront droit à un second tome, dont le titre sera « All the things we need ». En effet, j’ai encore trop de choses à dire sur ce couple et leur histoire pour tout arrêter là !

Après cela, je compte écrire une romance à suspens, dans le même style qu’Hide Out, mais un peu plus mâture et beaucoup plus sombre ! Cette histoire me trotte dans la tête depuis un petit moment déjà et je me languis de pouvoir la commencer ! J’aimerais vous en dire plus, mais je vais tenir ma langue encore quelque temps 😉 ! Une chose est sûre, il faudra avoir le cœur bien accroché car elle promet d’être riche en rebondissements !

V. Pour finir:

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te dis un tout grand merci pour le temps que tu m’accordes et je te souhaite beaucoup de réussites pour la suite.

Merci à toi pour cet interview ! Merci à ceux qui la liront, à ceux qui se plongeront peut-être dans Hide Out au moment de sa sortie, à ceux qui me lisent sur Wattpad. Sans les lecteurs, un auteur n’est rien. Je vous dois tout !

 

 

 

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Caroline G

 

Caroline parle-nous un peu de toi !

I.Entre Nous:

¤ Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je m’appelle Caroline, j’ai 35 ans, je suis mariée et maman de deux garçons (12 et 3 ans). Je vis dans le sud de la France et je suis maman au foyer. Le premier métier que j’ai fait, alors que je venais de finir mes études de BAC PRO secrétariat, a été d’être Auxiliaire de vie scolaire.

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

J’adore la lecture (forcément) ainsi que la couture et chiller (oui, c’est une passion ^^ et un nouveau verbe ^^)

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Colleen Hoover et LJ Shen. Le dernier livre que j’ai acheté est Rush de Léa Perrin. (NDLR l’itw date du 5 octobre).

 

II.L’écriture :

¤ Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

L’écriture est un moment où je mets ma vie entre parenthèses et où je prends plaisir à vivre pleins d’autres vies à travers celles de mes personnages. Ce qui m’a donné envie d’écrire ? À la base, tout ceci est parti d’un pari. Le délire d’écrire un livre. Je me suis lancée, j’ai adoré, je ne me suis plus jamais arrêtée.

 ¤ À quand remonte cette passion ?

J’ai tenté d’écrire une romance quand j’avais 14 ans. Je ne suis jamais allée jusqu’à la fin. J’ai écrit et terminé mon premier roman à 32 ans.

¤ Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Avant, j’écrivais tout le temps le soir, une fois tout le monde couché, mais finalement, je me trouve bien plus productive en plein après-midi. À présent que mon petit dernier va à l’école, je peux pleinement en profiter. Sinon, je n’ai aucune routine à part d’avoir à boire à côté de moi et souvent de quoi grignoter ainsi que de la musique dans les oreilles.

¤ Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire sous ta vraie identité ?

Ce n’est pas une question que je me suis posée à vrai dire. Dans mon entourage et ma famille, tout le monde est au courant que j’écris, donc je ne voyais pas l’utilité de me cacher. Et puis lorsque l’on parle de moi en tant qu’auteur, je ne me voyais pas répondre à un autre prénom que le mien.

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

J’ai envie de montrer que malgré la douleur de certaines épreuves, malgré le désespoir que l’on peut ressentir à un moment de notre vie, que même si on pense avoir touché le fond, on finit toujours par se relever et qu’au bout du tunnel, tout est bien plus beau.

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire Amis et plus si affinités (publié en octobre 2020 chez Cherry Publishing) ?

Il y a un film que j’adore « Le témoin amoureux ». Il y a une scène au tout début quand le garçon bourré se trompe de lit et tombe sur une autre fille que sa copine. Cette scène m’a donné l’idée d’écrire ma romance.

¤  Combien de temps as-tu passé sur cette histoire ? Qu’aimes-tu le plus à son propos ?

J’ai mis 8 mois pour l’écrire. Ce que j’aime ? Loam, bien entendu. Son caractère, sa douceur, sa façon d’être avec Amélia.

¤ Comment sont nés tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires de personnes célèbres, de mannequins, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou au cinéma ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Comme expliqué un peu plus haut, ils sont nés en regardant un film, mais pour ma romance, j’ai voulu inverser les rôles et pour une fois, ce n’est pas l’homme qui est brisé et couche avec toutes les nanas en refusant d’avoir des sentiments, mais bel et bien la nana.

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages (toutes fictions confondues) lequel se serait et pourquoi ?

Parmi toutes mes romances ? OMG c’est vachement dur comme question. J’ai l’impression de leur être infidèle rien que d’y penser. Mais si vraiment je devais choisir, je dirais Giovanni. Mon militaire au grand cœur dans ma romance « Une pluie d’eau salée » qui sera édité l’année prochaine.

¤ Où peut-on te lire ?

Pour le moment, un seul de mes romans est sorti. Il est disponible en ebook et broché sur Amazon. (NDLR Le 6 novembre, « Je déteste Noël mais toi, je t’aime bien » est paru aux Éditions Cherry Publishing)

 

IV.L’envers du décor:

¤ Que préfères-tu dans ton activité d’autrice ? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments ?

J’adore la recherche des prénoms. Je fais en sorte que ça colle avec leurs caractères et leurs origines et j’aime beaucoup ce moment. Ensuite, l’écriture bien entendu.

¤ Qu’as-tu éprouvé lors de la publication de ton premier roman et comment tu te sens par rapport à la prochaine sortie ?

Quand j’ai signé mon contrat, j’étais comme une dingue ! J’étais en train de vivre un rêve et je n’arrivais pas à y croire. Mon premier roman est sorti il y a 4 jours et je ne suis toujours pas redescendu de mon nuage ^^

¤ As-tu d’autres projets d’écriture? Tu peux nous en parler, ou tu préfères garder ça au chaud pour toi ?

Bien sûr, j’en ai et j’en aurais toujours je pense (j’espère). Pour le moment je suis sur une histoire de bikers trafiquants de drogue à Las Vegas. Je suis en train d’écrire le tome 2.

 

V. Pour finir :

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te remercie chaleureusement pour le temps que tu m’accordes et je te souhaite beaucoup de réussites pour la suite.

Oui, un petit mot pour mes tout nouveaux lecteurs. Leurs retours me font tellement plaisir ! Mon roman n’est sorti que depuis 4 jours, mais j’ai déjà reçu pleins d’éloges et ça me comble de joie, vraiment.

Et un petit mot pour toi. Merci d’avoir pensé à moi pour cette interview, j’ai trouvé les questions vraiment sympas et j’ai adoré y répondre.

 

 

 

 

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Anouk Langel

Anouk parle-nous un peu de toi !

I. Entre Nous:

¤ Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je suis une petite suissesse qui vis en Valais depuis ma naissance, il y a 27 ans. Un canton qui offre de magnifiques paysages montagneux. Dans ma vie professionnelle, je suis conseillère de vente en horlogerie dans un petit magasin familial.

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

J’ai une chienne qui partage ma vie depuis 14 années, une jument depuis 11 ans avec laquelle je fais des balades et depuis 10 ans, je suis également passionnée de photographie, mais il y a tant de choses que je fais avec passion !

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

J’adore Océane Ghanem, Lina Hope, Farah Anah, Jessica Hailey, KokoNhan, LysiahMaro et plein d’autres !

Et toi 😉

La reine courtisane de Anna Triss, un coup de cœur.

 

II. L’écriture :

¤ Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Presque une drogue !

J’avais une scène en tête et quelques idées autour. Ça m’a travaillé pendant une année et il fallait que ça sorte, donc j’ai commencé à écrire.

 ¤ À quand remonte cette passion ?

1er janvier 2018 (Oui, c’est très précis haha).

¤ Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Surtout le soir, dès que je suis posée chez moi. Souvent devant une série ou un film, mais depuis peu, en écoutant de la musique. Il m’arrive aussi d’écrire sur ma pause de midi.

¤ Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire sous ta vraie identité?

Je voulais que mes parents voient le prénom qu’ils m’ont donné et leur nom sur mon livre quand ils l’auraient entre leur main. Qu’ils puissent en être fier en le montrant à leurs amis. C’est aussi une preuve ultime, c’est bien moi qui ai écrit ça. Et je trouve que c’est plus simple d’un point de vue administratif, puis pour les manifestations.

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Que malgré tous les malheurs qui peuvent nous arriver, les épreuves de la vie ou les erreurs du passé, on a tous droit au bonheur, et qu’il faut se battre corps et âme pour l’atteindre.

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire… Oktodur ? Oui parlons de cette nouvelle fiction 🙂

J’ai toujours aimé la fantasy et regardé beaucoup de films et série dans le genre. Je voulais écrire une histoire avec *** (je peux pas spoiler). Ma ville est une ancienne cité Romaine, avec des vestiges de ce temps et un château du moyen-âge, une période que j’adore. J’y ai réfléchi pendant une année avant de commencer à poser les « règles » et les événements, puis construire le plan et mes personnages.

¤  Combien de temps penses-tu passer sur cette histoire ? Qu’aimes-tu le plus à son propos ?  Penses-tu l’autoéditer ?

C’est dur à dire, je suis dans mon troisième mois (août 2020), j’espère l’avoir fini dans deux mois, mais la vie est pleine d’imprévus. J’adore la liberté d’imagination qu’offre la Fantasy, je m’éclate. C’est la première histoire avec laquelle j’aimerais tenter de signer dans une maison d’édition afin de m’ouvrir de nouvelles portes et d’apprendre, d’évoluer. Mon premier et deuxième roman est en auto-édition, et ce sera probablement le cas pour le troisième.

¤ Comment sont nés tes personnages? Est-ce que tu t’inspires de personnes célèbres, de mannequins, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou au cinéma ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Pour le physique, je m’inspire souvent d’acteurs/chanteurs, sinon je ne saurais trop dire, je les créer selon l’histoire et selon leur passé. Oui, parfois aussi de mon entourage.

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages (toutes fictions confondues) lequel se serait et pourquoi ?

Oh c’est trop dur ! Léonie, car c’est mon tout premier personnage.

¤ Où peut-on te lire ?

Sur Amazon et Kobo pour l’étranger. En Suisse, en vente directe ou dans quelques librairies partenaires. (NDLR et sur wattpad)

 

IV.L’envers du décor:

¤ Que préfères-tu dans ton activité d’autrice ? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments ?

Tout ! Oui, oui, tout ! Mais surtout l’écriture.

¤ Qu’as-tu éprouvé lors de la publication du premier chapitre d’Oktodur sur Wattpad ?  Est-ce qu’après 4 fictions, on appréhende comme pour la toute première publication Wattpad ?

De l’excitation mêlée à la peur que ça ne plaise pas. Oui, toujours autant, même plus ! Car plus ma plume évolue, plus je veux donner du mieux au lecteur.

¤ As-tu d’autres projets d’écriture? Tu peux nous en parler ou tu préfères garder ça au chaud pour toi ?

Ce que je peux dévoiler, c’est que le prochain sera une science-fiction, si tout se passe comme prévu 😉

 

 V. Pour finir:

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te remercie du temps que tu m’accordes et je te souhaite plein de belles choses pour la suite.

Vous avez envie d’écrire ? Une idée en tête ? Foncez ! Vous pourriez être surpris de tout ce que ça peut vous rapporter.

Vous avez envie de découvrir une romance d’action qui va vous entraîner dans un tourbillon d’émotions ? Qui va broyer votre cœur, vous entraîner dans des moments sombres et vous tenir en haleine ? Venez lire mon roman Mission échouée 😉

Merci à toi pour cette interview super sympa.

 

 

 

 

 

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Virginie MK

Hello!

Aujourd’hui, je vous propose un petit tête à tête avec Virginie MK, autrice de la saga des Snake, mais aussi de Résister, ou bien encore Sombre Dérive… Vous trouverez ses travaux sur Wattpad, je vous laisse le lien vers son profil.

VIRGINIE MK aka. Minikiwizz

 

Virginie parle-nous un peu de toi !

I.Entre Nous :

¤ Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie…?

D’après ma pièce d’identité, je suis une jeune femme de 41 ans. J’ai deux enfants, un ado de 13 ans qui sort de sa chambre uniquement pour manger et une petite fille de 7 ans très très bavarde qui recharge les batteries durant la nuit.

Je suis originaire de la région parisienne, mais un jour, mes parents ont décidé de passer au vert et quitter la ville pour la campagne. J’ai donc atterri dans le Loir-et-Cher (oui comme la chanson), je vis dans un petit village où la vue principale depuis mon salon est : les champs. Un vrai bonheur !

Mon premier métier, oula ça remonte quand je préparais mon BEP, je travaillais avec les chevaux et ensuite j’ai vendu des jouets, rien à voir, je confirme. Et aujourd’hui, je suis associée dans une petite entreprise de sécurité incendie depuis 5 ans.

 

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture?

Je lis beaucoup, énormément même, et vous voulez que je vous dise un secret ?

Il y a de ça huit ans, je ne pouvais pas ouvrir un bouquin, ça me filait des boutons. J’avais une sainte horreur de la lecture. Je ne comprenais pas ma mère qui passait son temps à cette activité que je trouvais ennuyante et aujourd’hui, je serais incapable de m’en passer.

C’est peut-être cliché, j’en sais rien, mais c’est en lisant « 50 Nuances de Grey », prêté par une amie, que j’ai commencé à dévorer les livres, pour ne plus m’arrêter.

Et mon autre passion s’appelle Dragueur, un beau cheval, qui porte parfaitement son nom. Je partage de longues balades avec lui dès que j’en ai l’occasion et ces moments d’évasion sont les meilleurs.

 

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté?

Mon auteur préféré, je n’en ai pas vraiment, donc je donne ma langue au chat.

« Le » va se transformer en « les », car j’en ai acheté trois.

L’âme errante d’Océane Ghanem que j’attendais avec impatience, parce que ce personnage m’a vraiment intrigué dans la première duologie.

Et Arte Corpus (T1 & 2) de Jenny Rose, parce que j’en ai entendu que du bien, alors j’ai craqué.

 

II.L’écriture :

¤ Que représente l’écriture pour toi? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire?

Je crois qu’aujourd’hui je ne pourrais pas me passer d’écrire, c’est un exutoire après une journée de boulot, une échappatoire qui me fait du bien. Une drogue en fait.

J’ai commencé par écrire une fiction sur des personnages d’un jeu en ligne, juste pour m’amuser. C’est de là qu’est née ma première histoire publiée sur Wattpad, j’en ai changé les prénoms afin qu’elle m’appartienne en totalité.

 

 ¤ À quand remonte cette passion?

J’ai commencé à écrire il y a sept ans, avec une longue pause de deux ans pour diverses raisons. J’ai repris fin 2018, en continuant le tome 2 de ma première histoire et les autres ont suivi.

 

¤ Quand écris-tu? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires?

Je suis plus productive le soir, très peu le matin et moyennement l’après-midi. Je n’ai pas vraiment de routine, je m’installe sur le canapé, je pose l’ordi sur mes genoux, j’ouvre un fichier et j’écris ou pas. Je peux rester sans rien faire, juste à regarder la télé sans taper un mot, mais je garde l’ordi ouvert au cas où. (C’est peut-être une routine finalement…)

 

¤ Écris-tu sous un pseudo? Si oui, pourquoi et comment l’as-tu choisi?

Mon premier pseudo est Minikiwizz, il est toujours actif d’ailleurs. Et puis, je suis passée à Virginie MK pour deux raisons le M de Mini mais aussi la première lettre du prénom de mon fils et le K pour Kiwi et aussi le son de la première syllabe du prénom de ma fille. Un bon compromis je trouve, je garde une trace de mon ancien pseudo et mes enfants sont également présents. (NDLR Mooh c’est trop chou ça!)

 

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs?

Dans mes derniers écrits, la psychologie est de mise. J’aime bien explorer ce genre dans lequel je me sens vraiment à l’aise. Je traite des sujets pas forcément évidents, mais je veux démontrer qu’avec un peu de force et d’envie, on peut y arriver et s’en sortir. Alors oui, ça sort de mon imagination, mais dans chacun de mes écrits, il y a une partie de moi, de ma vie et une façon détournée de comment j’ai vécu la chose et comment je la combat encore aujourd’hui et je pense que tant que j’y ne serais pas arrivée, je n’arrêterai pas d’écrire.

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire… (Difficile de choisir, mais va pour mon chouchou Sander) Infiltré?

Ahahaha !!! Comme par hasard, Sander ! Tu l’aimes vraiment bien celui-là !! (NDLR Ah je ne peux cacher mon adoration pour ce gars <3)

Alors, l’idée d’écrire Infiltré m’est venue… sous la douche (comme toutes les autres). J’ai écrit le premier chapitre, comme ça, à l’arrache et les autres ont suivi dans la foulée avec un changement de trajectoire en route. (Je ne fais pas de plan, heureusement…)

 

¤ Combien de temps as-tu passé sur cette histoire? Qu’aimes-tu le plus à son propos ? Souhaites-tu la soumettre à une maison d’édition ? (j’ai déjà ma réponse pour la dernière question lol)

Si mes souvenirs sont bons, j’ai mis à peine 4 mois à écrire Infiltré.

Ce que j’aime dans cette histoire ! Tout, parce qu’elle est pleine de rebondissements, plus j’avançais et plus des idées tordues me venaient et ça a parfaitement collé au final.

Et Sander est juste… arrogant, sexy, et on a envie d’en faire son quatre heures.

Elle est partie en soumission, il y a peu…

 

¤ Comment sont nés tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires de personnes célèbres, de mannequins, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou au cinéma ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Mes personnages naissent à partir d’une simple phrase entendue, un mot, une chanson ou encore une action si je regarde la télé. C’est étrange, non ?

 

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages (toutes fictions confondues) lequel se serait et pourquoi?

Un seul ? Sérieusement ?

Je choisirais Jonah, parce qu’il se bat contre lui-même, il se refuse tellement de choses et surtout ne sait pas comment si prendre qu’il en est touchant. J’ai pleuré quand j’ai écrit le mot fin de son histoire d’ailleurs, c’est la première fois que ça m’arrivait.

 

¤ Où peut-on te lire?

Sur Wattpad, sous le pseudo de Minikikizz et j’espère un jour en e-book et en broché. ( NDLR J’espère aussi 🙂

 

IV. L’envers du décor:

¤ Que préfèrestu dans ton activité d’autrice? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments?

Ce que je préfère c’est l’écriture, quand mes doigts et mon imagination ne font plus qu’un et s’accordent pour faire défiler les mots sur l’écran. C’est satisfaisant !

Mais j’aime aussi la partie recherche, c’est fou tout ce que j’ai pu apprendre sur les Cartels et les Mafia. Il ne faut surtout pas aller voir mon historique internet…

 

¤ Qu’as-tu éprouvé lors de la première publication d’Infiltré sur Wattpad?

J’étais un peu angoissée, car je tapais dans quelque chose que je n’avais jamais écrit auparavant. Parler de cartel, de tortures, d’enlèvement, je ne m’en pensais pas capable et j’ai été bluffée en voyant que les lecteurs étaient à fond dedans. Du coup, je continue dans ce registre et j’entame actuellement le premier tome d’une autre saga sur un personnage qui était dans Infiltré.

 

¤ As-tu d’autres projets d’écriture ? Tu peux nous en parler ou tu préfères garder ça au chaud pour toi?

Hahahaha !!

J’ai tellement de projets en cours, il faut savoir que je peux jongler avec plusieurs histoires en même temps. J’en écris toujours au moins deux en même temps.

Actuellement, j’en ai 7 de commencés. Deux qui seront bientôt terminés, une autre au trois quarts et le reste comportent une dizaine de chapitres chacun.

 

V. Pour finir :

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview? Pour ma part, je te remercie du temps que tu m’accordes. Et je te souhaite bien évidemment le meilleur avec tous ces chouchous ^^

Un petit quelque chose à rajouter, hum… peut-être, prévenir ceux/celles qui souhaitent découvrir mes fictions que je suis une auteur sadique avec mes personnages et que je ne les épargne pas. Mais c’est pour leur bien !

Je te remercie pour cette interview, je suis ravie d’y avoir participé et tous mes chouchous espèrent faire de nouvelles rencontres.

 

 

 

 

 

 

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Caroline Lor

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un tête à tête avec Caroline Lor, l’autrice de Cobra, une saga mélangeant fantastique et fantasy que j’ai pris plaisir à découvrir.

 

I. Entre nous :

Caroline parle-nous un peu de toi !

 ¤ Qui es-tu ? Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Alors je m’appelle Caroline, j’ai trois enfants et je vis dans les Landes. Pour mon parcours, j’ai été auxiliaire de vie une grande partie de ma vie avant de tout plaquer pour partir en formation de graphisme où j’exerce actuellement sous le nom de Graphisme Lor. (NDLR : Une graphiste de talent, adorable et très à l’écoute de ses clients)

 

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

Le graphisme, même si c’est devenu mon métier, j’adore moduler, recréer et imaginer de nouvelle couverture.

 

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Je suis un peu dure niveau littérature. Pour moi, un auteur préféré c’est une plume qui nous plaît qu’importe le style qu’elle emploie. C’est pour ça que j’ai de nombreux coups de cœur, mais qu’un seul auteur favori pour le moment. Une jeune auteure très prometteuse LiviDreem, mon dernier achat a été son livre qui actuellement publier chez Lips : Different. (NDLR : Le roman n’est plus disponible, puisque la maison d’édition a fermé. Sinon, je valide totalement pour Livi, c’est toujours un plaisir de la lire.)

 

 

II.L’écriture :

 ¤ Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

L’écriture pour moi et un moyen de faire vivre mes personnages. Un moyen de pouvoir les partager avec d’autres esprits. Une ancienne relation, qui me connaissait très bien m’a pousser à me lancer. Même si je n’y connais pas grand-chose au monde littéraire, j’ai décidé de me lancer.

 

¤ À quand remonte cette passion ?

J’ai commencé à écrire quand j’étais adolescente, sur une machine à écrire de mes grands-parents, mais je faisais des articles de presse, pour mes personnages. Des genres de pièces réelles de mon histoire.

 

¤ Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

J’écris principalement le soir, rôle de maman oblige je dirais. Je me sers des rushs que j’organise sur le groupe « des Plumes ensorceleuses “pour rester régulière dans mes écrits. Ce sont des soirées d’écritures entre membres où nous partageons à la fin un petit extrait que nous commentons. J’en profite généralement pour mettre un passage où j’ai eu le plus de difficulté afin de voir si les émotions ou les tournures fonctionnent.

 

¤ Écris-tu sous un pseudo ? Si oui, pourquoi et comment l’as-tu choisi ?

Oui, parce que j’ai pas forcément envie que tous les gens qui me connaissent sachent que j’écris, c’est une sorte d’anonymat pour moi. Je l’ai choisi très facilement, ce sont les initiales de mes enfants.

 

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Que la vie n’est facile pour personne et qu’importe à quel point on tombe bas, il faut savoir profiter des moments de bonheur qu’on a.

Ce que je veux leur transmettre ? Elle n’est pas simple cette question, car je sais très bien que mes personnages ne plairont pas à tout le monde, mais ce sont eux et je ne l’ai changerais pour rien au monde. Alors je dirais, des émotions, mauvaises ou bonnes, les faire s’évader durant quelques pages.

 

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire Cobra ?

La question piège… Cobra a toujours vécu avec moi, c’est juste que la mettre sur papier lui donne une autre dimension. J’ai pu lui donner une profondeur qui me plaît beaucoup.

 

¤ Depuis combien de temps travailles-tu sur cette histoire ? Qu’aimes-tu le plus à son propos ? Souhaites-tu la soumettre à une maison d’édition ?

Je travaille sur Cobra depuis 2017, ça fait donc 3ans. Ce que j’aime le plus, c’est sa diversité. Il y a beaucoup de créatures dans Cobra, et pourtant on a toujours envie d’en voir plus. Enfin surtout moi, j’aime cet aspect de pouvoir intégrer tout et n’importe quoi dans mon univers. Une dimension sans limites.

Ah bah oui pour le coup, mais Cobra a déjà voyagé en soumission il y a 1 an, j’ai reçu des réponses négatives comme positives, mais les contraintes imposées on fait que je n’ai pas conclu. Cobra est atypique est ne rentre pas forcément dans les lignes éditoriales, c’est un frein pour cette saga.

J’ai participé à un concours littéraire des ‘nouvelles plumes’ où j’ai obtenu la belle note de 7,10/10. Ça été le coup de botte qui me fallait pour que j’arrache tout mon manuscrit et que je recommence, ça m’a pris 1 an et voilà Cobra est reparti dans deux maisons d’édition, les réponses sont en attente. Soit ça passe, soit nous nous pencherons sur de l’auto-édition.

 

¤ Comment sont nés tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires d’acteurs, d’actrices, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou ailleurs ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Méjaï a toujours été là, mais les autres sont venus petit à petit, je ne saurai pas vraiment dire pourquoi. Je me suis beaucoup inspiré de Adriana Lima, la mannequin, à tel point que j’étais pire qu’un détective privé. J’ai tracé sa vie, ses moindres parutions, ses rencontres, ses amours, absolument tout. Chaque visuel m’inspirer et me donner ce sentiment de réel. Si bien que j’ai des albums d’Adriana avec chacun de mes personnages, voir même des photos de groupe. Bien sûr, j’ai appris ensuite suite au droit à l’image que je ne pourrais pas les utiliser, mais c’est ma profondeur, le physique premier de chacun de mes personnages vient de là.

 

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages lequel se serait et pourquoi ?

Ce serait Max, mon loup-garou, sûrement parce que c’est le plus facile à vivre, mdr.

 

¤ Où peut-on te lire ?

Pour le moment sur wattpad, jusqu’au mois de septembre du moins. Le tome1 y est en entier, même s’il n’a aucune correction, tout est parfaitement lisible quand même !

 

 

IV. L’envers du décor :

 ¤ Que préfères-tu dans ton activité d’auteure ? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments ?

Certainement pas les recherches quand on se met à regarder des émissions de « Ce n’est pas sorcier » on prend un coup de vieux dans le nez ! Je dirais les échanges avec ma bêta, sans elle j’en serai sûrement pas là et partager mes personnages est assez précieux, du coup quand j’ai un doute, c’est la mieux placée pour m’aiguiller. Complice jusqu’au bout.

 

¤ Qu’as-tu éprouvais lors de la première publication de Cobra sur Wattpad ? Et pour la version actuelle ?

Pas grand-chose à dire vrai, j’avais déjà publié ma romance avant pour « tâter le terrain » et quand j’ai vu que j’avais que des lecteurs fantômes, je me suis dit que je pouvais y aller. Que je ne risquais rien, en gros !

Pour la dernière version, j’avais peur de la réaction des lecteurs. Je savais que j’allais en perdre beaucoup vu que j’ai tout supprimé pour en recommencer un autre totalement vierge. 25 k de vues partis en fumée. Mais je voulais progresser alors j’ai foncé. Les premiers retours ont été très encourageants, même si je n’ai pas retrouvé mes lecteurs d’antan, sûrement dû à mon manque de pub, je suis remontée actuellement à 2k5 ce qui n’est pas si mal pour une écrivaine au fond de son terrier.

 

¤ As-tu d’autres projets d’écriture en dehors de Cobra qui en est déjà un beau ?

Oui en effet, je me bagarre déjà avec le nombre de parutions de Cobra, 4 ou 3 officiels, plus deux extensions si les ventes décollent. Ça va prendre du temps, même si le tome 2 est à 7 chapitres de sa fin. Je ne suis pas quelqu’un qui s’éparpille, alors pour le moment je n’ai que ça en tête. Même si je sais que je continuerai sûrement derrière.

Je reprendrais peut-être ma romance des pétales du cœur qui a énormément plu sur Wattpad. Ce sera une parenthèse au fantastique qui restera ma voix première.

 

 

V. Pour finir :

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te remercie du temps que tu m’accordes, et je te souhaite encore une fois le meilleur avec Méjaï et les autres.

Je te remercie, ça a été un plaisir. Je dirais simplement qu’il faut continuer même si personne ne croit en vous. Qu’importe les bas fonds, on arrive toujours à retrouver le large.

 

 

 

 

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Koko Nhan

Coucou,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un petit tête à tête avec Koko Nhan, autrice éditée chez Cherry Publishing avec Brisés, Sculpt me, Into pieces, Dernier souffle, Plutôt mourir : Danser pour exister

Belle découverte.

I.Entre Nous :

Koko Nhan parle-nous un peu de toi !

Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je m’appelle donc Coralie et je suis une languedocienne. Mon premier métier est celui d’assistante trilingue, même si pour être honnête j’ai peu utilisé les langues. J’ai travaillé 5 ans sur Paris avant de revenir sur mes terres, sans oublier d’emporter mon vietnamien/parisien de mari.

Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

La musique. J’en écoute tout le temps et pour tout faire. Ça me motive quoi que j’entreprenne et ça me fait généralement oublier tout le reste. J’adore les karaokés et presque tous les genres (Rock, pop, rap us, mais par-dessus tout l’Indie)

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

J’en ai quelques-uns. Si je devais choisir trois auteurs étrangers, je dirais LJ Shen, Brittainy C. Cherry et CoHo. Pour les auteurs français, je me suis prise d’amour pour Tessa Wolf, Emma Landas et Ena L. entre autres. Disons que ce sont les deux auteurs dont je ne rate aucune sortie ou presque. Mon dernier roman acheté… Yen a eu plein, merci les promos pour le confinement. Donc je vais dire Le cri du silence de Angel Arekin qui a été un des derniers et que je viens de lire.

 

II.L’écriture :

Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

C’est devenu une partie essentielle de ma vie. Je m’en rends compte en cette période où j’ai peu de temps pour écrire. Ça me manque, c’est nécessaire à mon équilibre en fait. Je ne sais pas trop ce qui m’a poussé à écrire. J’ai commencé par lire beaucoup et plus on lit, plus on est difficile, je crois. Mon mari m’a alors dit, pourquoi tu n’écrirais pas ta propre histoire ? Et voilà comment j’en suis arrivée là, un simple challenge perso.

À quand remonte cette passion ?

L’écriture ? J’ai découvert ça il y a un peu plus d’un an et je regrette d’avoir tant tardé. Peut-être que ma vie aurait été plus équilibrée si j’avais pu mettre sur papier mes états d’âme. Haha.

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Le soir quand tout le monde est couché. Sur mon canapé (je pourrais y passer ma vie). Écouteur sur les oreilles, messagerie fermée sinon je suis trop distraite et selon mon humeur j’écris de 2000 à 4000 mots. Je suis une couche tard et mon mari aussi donc ce n’est pas un problème. Il attend généralement que j’aie fini mon chapitre pour qu’on aille se coucher. Et s’il est trop fatigué j’emporte mon ordi dans le lit. Mon dieu qu’on a l’air niais en lisant ça. (NDLR Je trouve ça chou, moi ^^)

Pourquoi et comment as-tu choisi ton pseudo ?

Mon nom de jeune fille est Martinez et ça me semblait trop courant. Je voulais donc prendre mon nom marital. Pour Koko, j’ai juste pris l’orthographe de mon surnom à la japonaise XD

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Je crois que je veux transmettre les difficultés, mais aussi les espoirs. Je crois que j’essaye de dire : la lumière n’efface pas l’obscurité, mais elle la rend moins sombre. J’aime écrire des choses réelles que j’ai ressenties donc c’est aussi ça que je transmets, un bout de moi.

Comment t’es venue l’idée d’écrire Sculpt Me (oui, je suis curieuse de savoir ^^) ?

Alors il y a quelques mois, un recueil d’échange de lettres entre Rodin et Camille Claudel est sorti. Je ne l’ai pas lu, mais à cette occasion j’ai vu un court reportage (peut-être cinq minutes) et voilà que je me faisais déjà un film dans ma tête.

 

III.L’envers du décor :

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture, ou même d’autres moments ?

Le pendant. L’avant je dois dire qu’il est assez bref, même si j’essaye de faire des efforts. Pour l’après, disons que généralement j’ai déjà le roman suivant en tête et j’ai hâte de m’y mettre.

Qu’éprouves-tu avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, appréhendes-tu les retours ou d’autres choses ?

Au début c’était l’angoisse, mais j’ai essayé de m’en détacher parce que ça me rendait littéralement malade. Je suis très négative sur mon travail donc je cache pas que c’est un moment que je n’aime pas spécialement. Je n’ai pas peur des retours négatifs, mais plutôt qu’on ne prenne pas en considération le travail et le cœur que j’y ai mis. On ne peut pas tout aimer et je le conçois, je n’aime d’ailleurs pas tout, mais j’ai du mal à lire des critiques qui « crachent » sur ma plume ou mes personnages.

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu en parler ?

Je suis en train d’écrire une trilogie de Romantic Fantasy, j’en suis au second tome. J’aime essayé un peu tout, savoir ce qui me plait et je me rends compte qu’à chaque défi relevé, je m’améliore donc c’est que du positif. Ensuite je vais me lancer dans un MM pour laquelle j’ai déjà l’idée de base et aussi un roman mafieux (pourquoi ? No idea)

 Pour finir :

As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te remercie de répondre à mes questions, et je te souhaite plein de belles choses.

Je souhaite à tout le monde de trouver sa voix, de trouver le truc qui le fera vibrer. Il n’y a pas d’âge, j’ai découvert la mienne à 29 ans. Demain, tout pourrait s’arrêter je n’en sais rien, mais j’ai la chance d’être publié et de voir mes bébés dans ma bibliothèque. Quoi qu’il en soit, j’espère ne jamais perdre la flamme et j’espère que tout le monde trouvera la sienne

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Ari Augustin

I.Entre Nous:

Ari Augustin parle-nous un peu de toi !

Qui es-tu ?  Quelles sont tes études, ton parcours, ta région de vie… ?

J’aurais dû me douter que l’interview commencerait par cette question. Je sais jamais vraiment comment me présenter… Je suis Ariane, j’ai 18 ans et je n’ai pas un parcours particulier. J’ai commencé à me plonger réellement dans le monde de l’écriture à 12 ans, et ça m’a mené vers mon amour pour la psychologie/psychanalyse et tout ce qui touche aussi les troubles mentaux. Un amour d’ailleurs m’anime quand j’écris. Du coup, j’ai fait un an en psychologie et culture à l’école avant de tomber amoureuse d’un métier artistique (étant une amoureuse passionnée de toute forme d’art), et maintenant je suis dans une école d’art et de musique pour devenir graphiste. 

Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

Comme je l’ai mentionné plus haut, mes passions tournent autour du graphisme, la peinture, la musique, le dessin, la psychologie, la science médicale et la recherche. Ouais, je suis une fille très amusante… je passe mon temps soit devant mon écran à me documenter ou à grapher, soit je suis dans mes feuilles de papier pour le dessin ou à lire pour me documenter. En gros, ma plus grosse passion se résume à : la curiosité d’apprendre.

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Alors… je n’ai pas vraiment d’auteurs préférés à proprement parler. Mais si je devais vraiment en nommer, je dirais Cécilia City qui m’a fait adorer la romance française. Puis, il y a aussi Maja Alexeneeva pour ses romans assez loufoques et uniques. Et dans les plus classiques, j’adore Victor Hugo et Flaubert. Et le dernier roman que j’ai acheté est le dernier tome sorti de Rebecca Kean et « Le courage de bébé lionne » pour ma sœur de 3 ans. 

II.L’écriture :

Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

L’écriture représente un peu tout ce que je ne suis pas dans la vie réelle et une échappatoire. Je ne peux pas tout faire et tout vivre en tant qu’humaine, mais à travers mes personnages, je peux vivre entre le réalisme et la fiction tout en explorant plusieurs facettes de moi. Donc, l’écriture est tout ce que je ne suis pas (je sais, je suis bizarre). Et ce qui m’a donné envie d’écrire ? Ma cousine que je considère comme ma petite sœur. Tout à commencer avec elle l’été de mes 12 ans avec, ses encouragements et ses critiques.

(NDLR je te trouve pas bizarre, au contraire !)

À quand remonte cette passion ?

Cette passion remonte depuis le tout début, je dirais. La lecture est une passion dans ma famille et j’ai appris que je tenais l’amour pour l’écriture de mes deux parents. Mais, je suis là seule à avoir osé vraiment le réaliser. Avant, je racontais les histoires à moi-même à voix haute, à défaut de savoir écrire, comme tout le monde, je crois. Mais tout a pris vie vraiment cet été-là.

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Laisse-moi rire ! S’il y a bien une personne qui a besoin d’organisation, c’est moi. 

Utilises -tu un pseudo ? Si oui, pourquoi et comment l’as-tu choisi ?

Oui et non. Ari, c’est un surnom que mes amis proches m’ont collé au cul. C’est d’un dérivé de Ari Potter (ça les faisait rire et pas moi), mais d’une certaine manière, disons qu’ils avaient raison. Donc, j’ai gardé Ari et j’ai aussi gardé mon nom de famille. 

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Euh… je pourrais écrire un roman complet sur les messages cachés. Mais, le premier est surtout : la présence des femmes différentes. J’ai appris à être agacé des blondes aux yeux bleus parfaites en tout point dans les romans, à défaut de pouvoir m’identifier à eux. Pas que j’ai un problème avec elles, mais… disons que mes cheveux sont un autre délire juste pour une queue-de-cheval ! Du coup, j’ai mis un point d’honneur à écrire des aventures de femmes Noires, particulièrement pour ouvrir un peu les lecteurs sur d’autres cultures. J’écris beaucoup sur des couples interraciaux aussi, sur des femmes fortes et indépendantes, les maladies mentales et l’amour propre, la confiance, etc. J’aime la diversité et je trouve ça magnifique les mélanges de culture. Même les plus « improbables ». 

Comment t’es venue l’idée d’écrire Forgive Me ?

J’ai écrit ce roman à 15 ans, et l’idée m’est venue lorsque je discutais avec ma belle-mère d’une série quelconque (Greenleaf, je pense). Dedans, la femme s’était fait tromper par son mari et étrangement, comme dans rares séries, les réalisateurs ont évoqué le pardon et la reconstruction d’un couple (même si le couple x à divorcer, ils se sont quand même battus pour leur mariage, leur amour et leur vie de famille ; ils ont essayé au lieu d’abandonner à la première difficulté). Et puis, nous en sommes arrivées à la conclusion que c’était triste, parce que dans une société comme la nôtre, on est beaucoup plus porté sur l’abandon de ce qui se brise que sur la reconstruction d’une chose qui nous tient à cœur. Et c’est comme ça que Lya et Adam sont nés. En gros, ils sont un peu une critique ouverte de notre société. Suffit de lire entre les lignes pour le voir. 

III.L’envers du décor :

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?

Un peu de tout. J’adore surtout m’imaginer tout ce qui pourrait arriver et les écrire. Je me raconte moi-même une histoire, juste que je l’écris et en l’écrivant, je le vis. Mais, j’aime beaucoup de tout ce qui compose cette activité. Même la correction (c’est faux)…

Qu’as-tu éprouvé avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, as-tu appréhendé les retours ou d’autres choses ?

Un peu de tout, mais surtout une énorme panique. Et la panique a vite été accompagnée d’Amazon qui a foiré ma sortie et j’en suis sortie super frustrée. C’était le chaos… Entre un chapitre supprimé et les bugs multiples, j’ai plus eu envie de tuer quelqu’un que de penser à ce que pensent les autres du roman en tant que tel. Puis, les premiers avis sont arrivés. Plutôt positif, et d’autres mitigés, mais… j’en étais heureuse parce que ça donnait un peu de ce que je voulais. 

Si tu écris uniquement dans un genre précis, es-tu attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?

Je n’écris pas vraiment un genre précis, je fais aussi dans la Fantasy. Mais s’il y a un genre qui m’attire, c’est le Thriller. J’en ai un qui attend depuis des mois, mais j’ose pas me lancer ! 

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu en parler ?

Oui ! Tout plein ! En premier lieu, il y a le tome 2 de FM, Love Me Again. Ensuite, j’ai Royal Sweet/Love qui est une duologie dans le même univers que Forgive Me. En fait, le personnage principal, Donovann est le cousin direct d’Adam James. Du coup, j’ai presque fini d’écrire Royal Love, le tome 4 de la saga et j’espère le sortir aussi. 

Après, il y a ma série Deadly Sins qui nous plongera dans le monde sanglant des bikers. J’ai 2 tomes de prévus pour le moment et les deux tomes comptent environ 10 k de mots pour le moment. Et j’ai Asmodée qui est bientôt terminé aussi, une Dark Fantasy… Puis, j’ai ma trilogie finie depuis 1 an, Jouons Ensemble, une Dark avec un mélange de thriller qui attend une réécriture complète. 

Et c’est tout ! 

*As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? En tout cas, je te remercie du temps que tu m’accordes, ainsi que pour notre partenariat et je te souhaite plein de belles choses.*

Non, j’ai rien d’autre… je crois pas ! Sinon, merci beaucoup pour cet interview et d’avoir accepté de collaborer avec moi. Ça me fait particulièrement plaisir ! Et plein de succès a toi aussi avec tes chroniques et tes romans !

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Livi Dreem

Hello =)

Aujourd’hui, je vous retrouve avec une interview. En effet, Livi Dreem a accepté de nous en dire plus sur elle et je la remercie du temps qu’elle m’a accordé.

Pour rappel, elle est l’autrice de Different, mon coup de cœur de 2019. C’est un roman qui traite de plusieurs sujet comme l’albinisme, la différence, le rejet… Je vous invite d’ailleurs à lire ma chronique pour en savoir d’avantage.  « Different Livi Dreem »

Passons maintenant aux questions, mais surtout aux réponses de Livi Dreem.

Belle découverte à vous.

I.Entre Nous:

Livi Dreem parle-nous un peu de toi !

Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je m’appelle Violaine, j’ai 29 ans, je suis mariée et maman d’une merveilleuse petite fille. Je suis originaire du Nord de la France, bien que je vive actuellement en Meuse, département qu’il me tarde de quitter ah ah !

J’ai effectué mes études dans le domaine du sport, mais comme j’ai déménagé juste après l’obtention de ma licence, j’ai accepté le premier job qui se présentait à moi. Je suis donc assistante d’éducation dans un lycée, métier qui ne me plaît que moyennement. Au moins, cela me permet de décharger les pulsions meurtrières que m’inspirent les élèves dans mes récits !

Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

J’adore lire, aller au cinéma, regarder des séries, mais je suis aussi passionnée de loisirs créatifs.

Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

Mon auteur préféré est Pierre Bottero, créateur de la série « La Quête d’Ewilan » entre autres, une série jeunesse. Cependant, je ne peux pas ne pas citer J.K Rowling ainsi que J.R.R. Tolkien, qui ont su créer des univers richesses qui dépassent l’imagination. Je suis fan de ces trois auteurs en particulier, qui détiennent un talent incroyable.

Les derniers livres que j’ai achetés sont « Tendre démence » d’Emma Kerman, et « Hôtel Pennsylvania » d’Émilie Brighton. Des romans courts dans le genre fantastique.

II.L’écriture :

Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

L’écriture représente un exutoire, le moyen de donner vie aux histoires qui sortent de mon imagination. Je ne sais pas réellement ce qui m’a donné l’envie d’écrire. Je pense que cette envie était ancrée en moi depuis le début.

À quand remonte cette passion ?

Depuis l’enfance. J’ai commencé par écrire des nouvelles, des poèmes, je commençais des romans sans jamais les terminer, puis un jour un déclic s’est produit, et je me suis demandée pourquoi moi je n’en serais pas capable ?

Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Mon procédé d’écriture est assez anarchique. Me fixer des objectifs de « réussite » est totalement contre productif dans mon cas. Je ne supporte pas me mettre des « barrières » si je peux m’exprimer ainsi. Alors j’écris dès que j’en ai l’occasion, au travail, le soir en rentrant à la maison quand bébé me laisse un peu de temps ! Mais j’aime écrire le soir. La nuit ce serait parfait si je n’avais pas besoin d’autant d’heures de sommeil !

Pourquoi et comment as-tu choisi ton pseudo ?

LiviDreem sonnait bien à mon oreille, je le trouvais sympa. « Livi » qui reprend des lettres de mon prénom, « Dreem » pour que l’on entende « rêve », mais que ça s’écrive différemment.

Prendre un pseudo était un choix pour moi, pas parce que je n’assume pas ce que j’écris ou pour une toute autre raison que je respecte, mais simplement parce que je trouvais ça fun.

À travers tes romans, quels messages souhaites-tu délivrer ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Parfois, j’aime écrire une histoire simplement pour l’histoire. Sans forcément penser à transmettre un message. D’autres fois, je pense que c’est davantage pour faire ouvrir les yeux. J’aime les héros atypiques, que l’on ne retrouve que rarement dans les romans, j’aime l’imperfection. Car selon moi, ce sont justement nos imperfections, nos différences, qui font de nous des êtres uniques, à part. Je n’aime pas l’idée de devoir me conformer à ce que l’on attend de moi ni de devoir entrer dans une case à tout prix. Alors je crois qu’après réflexion, je pense que ce que je veux faire comprendre au lecteur est qu’il doit rester lui-même, sans se soucier du regard des autres. Qu’il vive sa vie pour lui, comme il l’entend.

Comment t’es venue l’idée d’écrire Different ?

L’idée d’écrire « Different » m’est venue en voyant un appel à textes qui souhaitait contrecarrer les stéréotypes. Alors j’ai voulu une héroïne différente, et je n’avais jamais lu de roman qui contenait une héroïne albinos. S’en est découlé un questionnement sur la vie que vivrait une jeune femme atteinte de cette anomalie génétique. Du regard des autres sur elle, leurs comportements.L’histoire s’est imposée d’elle-même ensuite. J’ai voulu dénoncer les moqueries et la méchanceté dont peuvent faire preuve certains individus quand ils sont confrontés à des personnes différentes. Parce que ces comportements peuvent blesser et mener à des drames. Mais à travers cette histoire, j’ai également voulu démontrer que l’amour est capable de passer outre nos différences. (N.D.L.R Et c’est réussi, selon moi ! )

III.L’envers du décor:

Que préfères-tu dans ton activité d’auteur ? L’avant, le pendant, après l’écriture ou même d’autres moments ?

La question est difficile ! J’aime quand je couche les mots sur le papier ou sur mon ordinateur, quand l’histoire prend vie devant mes yeux. Mettre le mot fin à une histoire me provoque toujours un pincement au cœur, je me souviens même avoir versé une larme à la fin de mon premier roman, lorsqu’il a fallu dire au revoir à mes personnages. Mais l’un des plus beaux moments est quand un lecteur vous dit qu’il s’est laissé embarquer par l’histoire et que vous avez su le toucher. Pour moi c’est tout gagné.

Qu’as-tu éprouvé avant la sortie d’un roman ? Crainte, réjouissance ? Et après la sortie, as-tu appréhendé les retours ou d’autres choses ?

J’étais heureuse et terrifiée en même temps. Il y a tellement de livres qui sortent que je me demandais sans cesse : est-ce que je serai à la hauteur ? Les gens s’intéresseront-ils à mon roman ? Seront-ils déçus ? Ou au contraire, aimeront-ils mes  personnages autant que je les aime ?

Mais j’ai réalisé mon rêve, et j’espère qu’il se poursuivra le plus longtemps possible.

Si tu écris uniquement dans un genre précis, es-tu attiré par d’autres types de littérature pour de futurs ouvrages ?

La romance est LE genre que j’écris. Cependant, j’évolue dans le contemporain, le young adult et j’apprécie particulièrement le fantastique et la fantasy. Tant que le fil conducteur est la romance, je peux écrire dans n’importe lequel de ces univers.

D’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu en parler ?

J’écris actuellement une duologie fantastique assez sombre axée sur le monde des loups-garous. Cette histoire me tient vraiment à cœur, à voir jusqu’où elle me mènera ! Et j’ai aussi en cours une romance young adult fantastique ainsi qu’un roman feel good contemporain dans lequel je me plonge pour me changer les idées.

IX. Pour finir:

As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? En tout cas, je te remercie du temps que tu m’accordes et je te souhaite plein de belles choses.

Je sais que beaucoup d’auteurs rêvent d’un jour être publié, et j’espère qu’ils y parviendront. Cependant, le monde de l’édition peut se révéler compliqué, être parsemé de désillusions. Si je peux donner un conseil, c’est de ne jamais se décourager et de ne surtout pas perdre de vue la raison pour laquelle on écrit.

Merci pour cette chouette interview 🙂 (N.D.L.R Tout le plaisir est pour moi 🙂 )