Articles·Chroniques·Pipine·Sommaire Chroniques

L’avion de Léo || Leo’s plane Laure-Emmanuelle Lasserre

 Autrice : Laure-Emmanuelle Lasserre | Illustrations : Anne-Caroline Tabutiaux | Édition: Nombre 7 | Genre : lecture jeunesse| Pages : 24 | Broché: 12,50€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

C’est l’heure de l’aventure !
Petit Léo embarque sur son avion en papier pour s’envoler vers les étoiles.
Accompagné de ses deux amis Squik l’écureuil et Foxy le renard roux, il va pouvoir découvrir les planètes voisines de la sienne et ce qui les rend si particulières.
Sur des airs de Petit Prince, l’avion de Léo dévoile les premiers pas d’éco-citoyenneté avec l’apprentissage du tri et du recyclage.

 

Avis de Pipine :

Léo construit un énorme avion en papier pour aller visiter d’autres planètes et voir si elles sont aussi jolies que la sienne.

Léo est un personnage attentionné, et curieux qui avec son voyage nous fait découvrir la pollution des déchets, tout ce que l’on gaspille et ce que l’on peut faire pour que ça change.

J’ai beaucoup aimé parce que c’est un livre qui nous enseigne et nous fait réfléchir. Et puis, les images sont jolies, surtout celle de la page 15.

Je trouve que c’est bien d’avoir une partie en anglais parce que j’ai pu apprendre des mots grâce à ceux à la fin.

 

Avis de Mamoune :

Sur un air de Petit Prince, Léo nous emmène, à bord de son avion en papier, explorer d’autres planètes que la sienne. En chemin, il fait la connaissance de deux acolytes qui l’accompagnent jusqu’à la fin de son aventure.

L’avion de Léo aborde un thème importance à savoir l’écologie. La visite nous confronte à plusieurs thématiques comme le recyclage, les déchets, le gaspillage, ainsi que l’humeur des vivants.

J’ai trouvé le fond très intéressant d’autant que notre planète tend à ressembler à la « planète déchets ». Cette histoire nous permet de prendre conscience que si l’on ne fait pas attention les répercussions dans notre monde seront désastreuses.

Selon moi, L’avion de Leo est un bon support pour sensibiliser petits et grands.

Parlons du livre dans sa globalité maintenant. L’album cartonné renferme des illustrations simples, enfantines et agréables, d’Anne-Caroline Tabutiaux, sur chaque double-page. Mais pas que… En effet, le livre est bilingue, à gauche nous trouvons le récit en français et à droite en anglais.

Alors certes, la partie anglaise est pour le moment trop difficile pour Pipine (elle apprend seulement les jours à l’école), mais ce n’est pas grave, elle pourra toujours relire l’album plus tard lorsque ses connaissances le lui permettront. Petit plus appréciable, à la fin nous retrouvons une double page de vocabulaire traduit en anglais et cela est bien plus à la portée de Pipine.

 

Nous remercions chaleureusement Laure-Emmanuelle Lasserre pour le service presse. Nous avons pris plaisir à découvrir son Léo et à le suivre dans son excursion.

 

Articles·Chroniques

Le Prince Cruel Holly Black

 Autrice : Holly Block | Édition: Rageot | Genre : Young Adult Fantasy | Pages : 544 | Prix Numérique: 14.99€ Broché: 18,90€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Jude a 17 ans et vit à la Haute Cour de Domelfe dans le royaume de Terrafæ. Enlevée au monde des mortels lorsqu’elle n’était qu’une enfant et élevée avec ses sœurs parmi les puissants, elle a appris à se protéger des sortilèges et à se battre à l’épée. Pourtant, elle subit jour après jour les moqueries et les insultes. Car elle n’est qu’une humaine, vouée à la mort, dans un monde où règnent les Fæs, créatures sublimes, immortelles… et cruelles.

Personne ne la hait plus que le Prince Cardan. Le plus jeune des héritiers de la couronne semble décidé à lui nuire. Jusqu’à la tuer ? Mais Jude, elle, est prête à tout pour gagner sa place à la cour et reprendre le pouvoir sur sa vie.

Dans ce roman, nous découvrons Jude et ses sœurs dans une situation délicate et dramatique, puis elles sont emmenées dans le royaume de Terrafæ où elles ne sont pas les bienvenues. Dans ce monde, les humains sont traités comme des moins que rien et s’ils ne sont pas protégés des sortilèges, ils sont à la merci des Fæs. Heureusement, pour les sœurs, Madoc le responsable de leur enlèvement est haut placé et elles sont plus ou moins préservées de tout cela. En effet, si la vie de Jude est difficile parce qu’elle essuie insultes, regards noirs, et attaques en tous genres, cela pourrait être bien pire.

Parlons un peu des sœurs et du prince.

Vivi est l’ainée de la fratrie, étant une Fæ son intégration à Domelfe n’a pas était aussi dur que pour Jude et Tarryn, elle reste une des leurs. Néanmoins, cette dernière les déteste et n’aspire qu’à retourner vivre dans le monde des humains. J’ai apprécié son personnage. Bien que distante, elle est présente pour ses sœurs, elle les conseille et les réconforte au besoin. Elle observe et repère quand elles ne vont pas bien et elle est très taquine avec Chêne son petit frère. Elle est vraiment sympa, je me suis pas mal attachée à elle.

Tarryn est la jumelle de Jude. Elle cherche à s’intégrer au mieux dans ce royaume. Posée, sage et raisonnée au premier abord, quelque chose m’a tout de suite déplu chez elle. Et au fil de l’histoire son vrai visage nous est dévoilé et effectivement, elle est celle qui pourrait vivre sans soucis dans toute cette fausseté qui règne à la Haute Cour de Domelfe. Son personnage m’a écœurée et bon sang, j’aurais voulu l’étriper.

Jude est donc le protagoniste principal, elle est assez complexe, je dois dire. Ce n’est pas toujours simple de la suivre. Apeurée de vivre dans ce monde, elle cherche quand même à prouver qu’elle vaut mieux qu’eux. Tyrannisée par Cardan et ses amis, elle ne cesse de leur tenir tête, voire de les provoquer. Son personnage veut une place à la cour, afin de gagner du respect, mais aussi pour avoir une certaine sécurité. Et lorsque ses plans tombent à l’eau, elle n’hésite pas à manipuler tout le monde pour parvenir à ses fins. Madoc lui a appris à être stratège et elle en use. Malgré tout cela, j’ai apprécié son personnage. J’aurais voulu qu’elle soit moins craintive peut-être, mais au final, elle m’a embarquée dans son aventure et ç’a été un plaisir de la voir à l’œuvre.

Je termine par le prince Cardan. Que dire de lui ? Les humains le répugnent et il le fait bien sentir. Il est souvent détestable dans ses paroles et ses actes, malgré ça on décèle rapidement que quelque chose coince avec lui. Déjà, il est pour la plupart du temps ivre, ensuite on découvre une certaine vérité sur son quotidien. Puis au fil des pages, on apprend réellement qui il est. Je ne l’ai pas haï, il m’a parfois agacé, mais sans plus, et si je devais choisir entre garder Cardan en vie ou Tarryn, le choix serait vite fait, Cardan resterait dans la course. Pour vous dire à quel point cruel n’est pas adapté à ce personnage.


Mon avis est clairement mitigé. Le prince cruel a été pour moi une lecture assez ennuyeuse et prenante à la fois. En effet, il y a pas mal de longueurs et j’ai eu des difficultés à entrer dans l’histoire. Cette dernière tarde à démarrer, mais lorsque l’action commence, elle ne s’arrête plus, tout s’enchaîne et captive.

C’est un roman qui a du potentiel, mais il a aussi quelques lacunes comme les contradictions avec les agissements de Locke, l’événement entre Valerian et Jude et le fait que personne ne s’en inquiète, la relation entre Jude et Cardan… Plusieurs choses s’accumulent et coincent. Toutefois, je reconnais avoir adoré l’histoire avec la mère de Locke, c’était vraiment intéressant, je trouve.

Le récit ne m’a pas percutée comme je l’espérais. Peut-être qu’avec tous les retours positifs que j’ai pu lire, j’en attendais trop, je ne sais pas. Toutefois, la deuxième partie du roman rattrape vraiment la première, et j’ai passé un bien meilleurs moment après un certain nombre de chapitre.

Quoi qu’il en soit, je me laisserai tenter par le tome deux parce que je suis curieuse de connaître la suite.

Et il va de soi que si ce roman vous fait envie, vous ne devez pas vous arrêter à mon avis. Ce dernier ne concerne que moi. 🙂

Articles·Chroniques·Pipine

Le réveillon de Sami et Julie Emmanuelle Massonaud

Autrice : Emmanuelle Massonaud | Illustrations : Thérèse Bonté | Édition: Hachette Éducation | Genre : lecture jeunesse| Pages : 31| Broché: 2,95€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Ce soir c’est le 31 décembre, Sami et Julie vont faire la fête et rester éveillés jusqu’à… minuit !

Avis de Pipine

Dans l’histoire, il y a Sami et Julie qui vont passer la soirée du réveillon chez les parents de Léna et Tom, mais Sami ne veux pas y aller. Pourtant, ça s’annonce joyeux et festif.

J’ai bien aimé les personnages, certains sont rigolos comme Sami et Tom qui font les pitres.
Ce livre m’a beaucoup plu parce qu’il y a des passages drôles et mignons. Mais ce que j’ai préféré, c’est lorsque Julie fait un petit bisou à son frère pour lui souhaiter une bonne année.

Avis de Mamoune

C’est une petite histoire sympathique et rapide à lire.

Julie est un chouïa casse-pied avec son frère, mais dès qu’elle retrouve son amie Léna, elle lui fiche totalement la paix. (Comment ça, je n’ai pas de patience ? Ce n’est pas nouveau hein 🙈😄) et il peut profiter de sa soirée en compagnie de Tom, le frère de Léna.

Je trouve Sami trop choupinou et c’est un petit bonhomme plein de courage selon moi, mention spéciale pour l’huître qu’il goûte pour la première fois.

Nous suivons donc les quatre enfants à différents moments de la soirée, si Léna apparaît et semble aussi excitée que son amie Julie avec leur danse de la nouvelle année soit la macarena, je regrette qu’on ne voie pas Tom plus que ça… Il n’intervient pas plus que ça.

Autre petit bémol, au début on apprend que Julie s’obstine à enseigner la chorégraphie à son frère, j’ai donc pensé qu’ils allaient faire une surprise aux adultes lors de la soirée, sauf que visiblement elle a agacé son frère pour rien puisque pendant qu’elle et Léna sont sur le devant de la scène, les garçons dansent dans leur coin.

À part cela, j’ai beaucoup aimé le passage du slow entre les adultes et les enfants, parce que j’adore le faire avec ma fille.

Concernant l’écriture, tout est fluide et simple. Ce livre est du niveau CE1 (on ne dira pas que minouche est en CE2 🤫) et petit plus, les liaisons sont marquées.

Nous aimons beaucoup ces livres, d’ailleurs on en possède quelques-uns -pas tous de la même collection-, mais il est quand même temps de faire quelques achats de CE2, je crois😆

 

Articles·Interview

◆ INTERVIEW Anouk Langel

Anouk parle-nous un peu de toi !

I. Entre Nous:

¤ Qui es-tu ?  Quel est ton premier métier, ton parcours, ta région de vie… ?

Je suis une petite suissesse qui vis en Valais depuis ma naissance, il y a 27 ans. Un canton qui offre de magnifiques paysages montagneux. Dans ma vie professionnelle, je suis conseillère de vente en horlogerie dans un petit magasin familial.

¤ Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

J’ai une chienne qui partage ma vie depuis 14 années, une jument depuis 11 ans avec laquelle je fais des balades et depuis 10 ans, je suis également passionnée de photographie, mais il y a tant de choses que je fais avec passion !

¤ Quels sont tes auteurs préférés et quel est le dernier livre que tu as acheté ?

J’adore Océane Ghanem, Lina Hope, Farah Anah, Jessica Hailey, KokoNhan, LysiahMaro et plein d’autres !

Et toi 😉

La reine courtisane de Anna Triss, un coup de cœur.

 

II. L’écriture :

¤ Que représente l’écriture pour toi ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ?

Presque une drogue !

J’avais une scène en tête et quelques idées autour. Ça m’a travaillé pendant une année et il fallait que ça sorte, donc j’ai commencé à écrire.

 ¤ À quand remonte cette passion ?

1er janvier 2018 (Oui, c’est très précis haha).

¤ Quand écris-tu ? As-tu des moments propices, des routines ou même des horaires ?

Surtout le soir, dès que je suis posée chez moi. Souvent devant une série ou un film, mais depuis peu, en écoutant de la musique. Il m’arrive aussi d’écrire sur ma pause de midi.

¤ Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire sous ta vraie identité?

Je voulais que mes parents voient le prénom qu’ils m’ont donné et leur nom sur mon livre quand ils l’auraient entre leur main. Qu’ils puissent en être fier en le montrant à leurs amis. C’est aussi une preuve ultime, c’est bien moi qui ai écrit ça. Et je trouve que c’est plus simple d’un point de vue administratif, puis pour les manifestations.

¤ À travers tes écrits, quels messages souhaites-tu délivrer, ou que veux-tu transmettre aux lecteurs ?

Que malgré tous les malheurs qui peuvent nous arriver, les épreuves de la vie ou les erreurs du passé, on a tous droit au bonheur, et qu’il faut se battre corps et âme pour l’atteindre.

 

III. Tes récits :

¤ Comment t’es venue l’idée d’écrire… Oktodur ? Oui parlons de cette nouvelle fiction 🙂

J’ai toujours aimé la fantasy et regardé beaucoup de films et série dans le genre. Je voulais écrire une histoire avec *** (je peux pas spoiler). Ma ville est une ancienne cité Romaine, avec des vestiges de ce temps et un château du moyen-âge, une période que j’adore. J’y ai réfléchi pendant une année avant de commencer à poser les « règles » et les événements, puis construire le plan et mes personnages.

¤  Combien de temps penses-tu passer sur cette histoire ? Qu’aimes-tu le plus à son propos ?  Penses-tu l’autoéditer ?

C’est dur à dire, je suis dans mon troisième mois (août 2020), j’espère l’avoir fini dans deux mois, mais la vie est pleine d’imprévus. J’adore la liberté d’imagination qu’offre la Fantasy, je m’éclate. C’est la première histoire avec laquelle j’aimerais tenter de signer dans une maison d’édition afin de m’ouvrir de nouvelles portes et d’apprendre, d’évoluer. Mon premier et deuxième roman est en auto-édition, et ce sera probablement le cas pour le troisième.

¤ Comment sont nés tes personnages? Est-ce que tu t’inspires de personnes célèbres, de mannequins, de protagonistes que tu as pu découvrir dans tes lectures ou au cinéma ? Ou même t’inspires-tu de ton entourage ?

Pour le physique, je m’inspire souvent d’acteurs/chanteurs, sinon je ne saurais trop dire, je les créer selon l’histoire et selon leur passé. Oui, parfois aussi de mon entourage.

¤ Si tu ne devais choisir qu’un seul de tes personnages (toutes fictions confondues) lequel se serait et pourquoi ?

Oh c’est trop dur ! Léonie, car c’est mon tout premier personnage.

¤ Où peut-on te lire ?

Sur Amazon et Kobo pour l’étranger. En Suisse, en vente directe ou dans quelques librairies partenaires. (NDLR et sur wattpad)

 

IV.L’envers du décor:

¤ Que préfères-tu dans ton activité d’autrice ? La préparation, les recherches, l’écriture, la réécriture, ou même d’autres moments ?

Tout ! Oui, oui, tout ! Mais surtout l’écriture.

¤ Qu’as-tu éprouvé lors de la publication du premier chapitre d’Oktodur sur Wattpad ?  Est-ce qu’après 4 fictions, on appréhende comme pour la toute première publication Wattpad ?

De l’excitation mêlée à la peur que ça ne plaise pas. Oui, toujours autant, même plus ! Car plus ma plume évolue, plus je veux donner du mieux au lecteur.

¤ As-tu d’autres projets d’écriture? Tu peux nous en parler ou tu préfères garder ça au chaud pour toi ?

Ce que je peux dévoiler, c’est que le prochain sera une science-fiction, si tout se passe comme prévu 😉

 

 V. Pour finir:

¤ As-tu un petit mot pour terminer cette interview ? Pour ma part, je te remercie du temps que tu m’accordes et je te souhaite plein de belles choses pour la suite.

Vous avez envie d’écrire ? Une idée en tête ? Foncez ! Vous pourriez être surpris de tout ce que ça peut vous rapporter.

Vous avez envie de découvrir une romance d’action qui va vous entraîner dans un tourbillon d’émotions ? Qui va broyer votre cœur, vous entraîner dans des moments sombres et vous tenir en haleine ? Venez lire mon roman Mission échouée 😉

Merci à toi pour cette interview super sympa.

 

 

 

 

 

 

Articles·Chroniques

Kalliopée, tome 1 : Le sacrifice d’une princesse Koko Nhan

Autrice : Koko Nhan | Édition: Cherry Publishing | Genre : Romance Fantasy | Pages : 355| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 17,94€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Dans un monde où le mariage signe l’asservissement des femmes, Kalliopée, la Princesse de Viridia, est soulagée de se retrouver unie à Karel, son premier amour et le futur roi de Lapisia.

Mais la vie est cruelle et la guerre change les hommes. Lorsqu’elle retrouve l’héritier au trône, celui-ci n’a plus rien du garçon qu’elle a connu. Karel est devenu un homme impitoyable, qui dirige son armée d’une main de fer.

À ses côtés, l’amour ne semble plus avoir droit de cité.

La vie de Kalliopée dans ce nouveau palais s’annonce compliquée, entre complots, vengeances et fiançailles explosives.

Son cœur résistera-t-il au sacrifice de sa liberté ?

Alors que l’Union des Cinq n’existe plus et que la guerre fait rage entre Viridia et Lapisia, Kalliopée sacrifie sa liberté pour tenter de ramener la paix en se mariant avec Karel. Vivant dans un monde où les femmes ne sont absolument pas prises en considération, et où elles paient pour les crimes de leur époux, Kalliopée rêve de faire changer les choses. Hélas ! Les profonds espoirs qu’elle place dans son union avec Karel volent vite en éclat quand elle découvre que le jeune homme qu’elle a connu n’est plus qu’un individu sombre et sans pitié.

Princesse de Viridia, Kalliopée est une jeune femme très souvent jugée par son physique à cause de son regard si différent des autres. Partout où elle passe, les murmures, les moqueries et les insultes fusent. Si elle y est habituée, elle n’en reste pas moins blessée d’être condamnée pour ce qu’elle n’est pas.
C’est un personnage très simple malgré son rang, rêveuse, et d’ôtée d’une grande sensibilité, qui fait sa force, elle pense pouvoir changer les choses et rendre leurs droits aux femmes. J’ai énormément aimé Kalli pour ce qu’elle représente, d’autant qu’elle n’hésite pas à tenir tête à quiconque quand il s’agit de défendre ses croyances, ses valeurs et ses opinons. Je me suis très vite attachée à elle et j’ai pris grand plaisir à la suivre tout au long des chapitres.

Prince de Lapisia, Karel est tout l’inverse de la princesse. Jeune homme que la guerre a endurci au point que sa noirceur a dévoré son âme, il est rongé par la haine viscérale qu’il voue au peuple Viridia et compte bien faire payer tous ses tourments à Kalliopée.
Si ce protagoniste m’a souvent agacée et fait grincer des dents à cause de son comportement parfois exécrable, je n’ai pas pu le détester, au contraire, il a su conquérir mon cœur au même titre que sa princesse. J’imagine que dans un premier temps, les souvenirs de Kalliopée ont beaucoup joué en sa faveur et j’espérais qu’au fond de lui, il restait une part du garçon qu’il avait été. Puis, je l’ai découvert, lui et ses pensées, ce qui m’a permis de mieux comprendre cette hargne qu’il a en lui et de revoir mon jugement à son sujet.

Je vous parle maintenant du roman dans sa globalité.

Friande du thème de la royauté sur fond de guerre, j’attendais beaucoup de cette lecture, j’ai d’ailleurs trépigné d’impatience pour l’acheter (au point de bassiner l’homme toute la journée^^). Est-ce que l’autrice a su répondre à mes attentes ? Totalement !

Au fil des pages, j’ai été transporté par toute une palette d’émotion, allant du dégout à la rage tout en passant par la tristesse, la joie et l’amour. Tantôt en colère ou en larme, tantôt contente, je dois dire que le premier opus de Kalliopée ne m’a pas épargnée.

Pour ce qui est de la plume de Koko et de l’intrigue de la fiction, elles m’ont captivée et l’autrice m’a embarquée au sein de son récit dès les premières lignes. J’ai été touché et révolté par les conditions de vie des femmes, ce qui fait que très vite, je me suis retrouvée avec les mêmes espérances que Kalliopée. De plus, les personnages sont passionnants, entre le piquant de Kalli et le tranchant de Karel, je n’ai pas vu le temps passer. Ils m’ont offert une relation qui évolue dynamiquement et des échanges explosifs que j’ai engloutis mot après mot sans jamais me lasser.

Ce premier tome m’a permis de faire connaissance avec les protagonistes et de les apprécier à leurs justes valeurs. Il plante également le décor et m’a aidé à me familiariser avec les lieux et de m’en imprégner. De plus, les questions que je me suis posées au fil de ma lecture ont obtenu leur réponse et d’autres se sont soulevées, attisant ainsi ma curiosité en ce qui concerne la suite.

Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré ce roman et il me tarde de plonger dans le tome 2.

Articles

De couronnes et de gloire, tome 1 : Esclave, guerrière, reine Morgan Rice

Autrice : Morgan Rice | Édition: Auto-édition| Genre : fantaisie young adult| Pages : 245 | Prix Numérique: offert sur Amazon et Kobo | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Ceres, 17 ans, fille pauvre et belle de Delos, cité de l’Empire, mène la vie dure et impitoyable d’une roturière. Le jour, elle livre les armes forgées par son père au terrain d’entraînement du palais, et la nuit, elle s’entraîne secrètement avec eux car elle désire fortement devenir guerrière dans ce pays où les filles n’ont pas le droit de se battre. Comme elle va bientôt être vendue comme esclave, elle est désespérée.

Le prince Thanos, 18 ans, déteste tout ce que défend sa famille royale. Il exècre leur traitement violent des masses, surtout la compétition brutale — Les Tueries — qui forment le cœur de la vie de la cité. Il désire ardemment se libérer des contraintes imposées par son éducation, mais l’excellent guerrier qu’il est ne voit aucune façon d’y parvenir.

Quand Ceres ébahit le public du terrain d’entraînement en lui montrant ses pouvoirs cachés, elle se retrouve injustement détenue et condamnée à vivre une vie encore pire que ce qu’elle avait pu imaginer. Éperdument amoureux, Thanos doit décider de tout risquer ou non pour elle. Pourtant, jetée dans un monde de duplicité et de secrets mortels, Ceres apprend rapidement qu’il y a ceux qui règnent et ceux qui leur servent de pions, et que, parfois, être choisie est la pire des choses qui puisse vous arriver.

Dans ce roman, nous rencontrons Ceres, une jeune femme qui aspire à devenir seigneur de guerre. Ceres est une roturière qui fait partie de la rébellion, avec ses amis, ils œuvrent pour faire tomber la famille royale.

Lorsque son père doit partir pour pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants et ceux de son horrible femme, le destin fait de Ceres le nouveau gardien d’armes de Thanos, le prince. Elle se rendra alors compte qu’il est bien loin de l’image qu’elle se faisait de lui et qu’il a de princier que le titre puisque le jeune homme exècre sa famille.

J’ai énormément aimé Ceres. Elle a du caractère et conserver sa liberté est primordial. C’est une belle personne qui se bat pour ses valeurs, la justice et l’égalité sans pour autant être une héroïne au-dessus de tout que rien n’atteint. Ceres a ses faiblesses comme nous tous et j’ai pris grand plaisir à la découvrir et à la voir évoluer dans son monde. C’est un protagoniste qui promet bien des surprises pour la suite de la saga.

Et puis il y a Thanos, qui en apparence est hautain à souhait. Rien ne semble être assez bien pour lui, pourtant il est loin d’être ainsi. Au contraire, il est un jeune homme bienveillant qui aspire à un meilleur monde et qui ne cautionne pas les actes de sa famille.

Ce premier opus met en place l’histoire, il nous montre la vie de l’héroïne, sa famille, sa façon d’être et d’agir, mais aussi sa position dans la rébellion du peuple. Il introduit des éléments ici et là qui devraient être développés dans les prochains tomes, je pense notamment aux pouvoirs que Ceres s’est découvert lors des Tueries. Il nous offre également la rencontre entre les deux personnages principaux et leur bonne entente malgré que leur rang les oppose.

Si j’ai adoré le fond de l’histoire, je suis frustrée par la forme, pas mal de répétitions qui auraient pu être évitées. Alors est-ce que ça vient de l’autrice ou de la traduction, je ne sais pas, mais ça m’a parfois fait grincer des dents.  J’ai tenu jusqu’au bout et je continuerai cette saga, parce que les protagonistes et l’histoire de fond me plaisent vraiment et que ma curiosité est piquée.  

Il m’est donc difficile de juger la plume de Morgan Rice, mais une chose est sûre, son imagination et son univers m’ont conquise. Et malgré le désagrément rencontré lors de ma lecture, je vous avoue que je suis tout de même pressée de poursuivre De couronnes et de gloire.

Chroniques

Make You Mine Amandine Mataga

Autrice : Amandine Mataga | Édition: Harlequin | Genre : Romance | Pages : 409 | Prix Numérique: 6.99€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

Ce sera lui et personne d’autre.

Milo a bien du culot de revenir sur le domaine viticole de leur enfance après trois années d’absence inexpliquées. S’il semble à tout prix vouloir la reconquérir, Romane, elle, ne voit pas les choses du même œil. Et pour cause : après avoir surmonté cette disparition qui lui a brisé le cœur, elle se sent enfin prête à donner sa chance à un autre homme. Dans quelques jours, elle doit épouser Adrian, un avocat brillant et surtout fou amoureux d’elle. Alors il n’est pas question de céder aux avances de Milo. À condition qu’elle parvienne à refouler le désir brûlant qui s’allume en elle chaque fois qu’elle se trouve en sa présence…

 

Comme à l’accoutumée, je suis conquise !

Dans ce roman, nous rencontrons une jeune femme sur le point de se marier avec un homme qui lui promet une vie tranquille et paisible. Tout semble allait pour le mieux pour elle, du moins jusqu’à ce que son passé, répondant au doux prénom de Milo, et premier amour ressurgisse. C’est avec cette arrivée inattendue pour Romane que commence cette superbe fiction.

 

Romane m’a énormément touchée, ce personnage a beaucoup souffert que ce soit en amour ou dans sa reconstruction. La vie ne l’a pas épargnée et même lorsqu’elle s’apprête à célérer un grand moment, elle se prend des bâtons dans les roues. Pourtant, forte de caractère et rayonnante, Romane est toujours debout. Abîmée, certes, mais elle se bat et elle est prête à vivre.

Si j’ai d’abord été charmé par Milo, Romane est mon coup de cœur. Une héroïne pile comme je les apprécie.

Milo… Ah quel phénomène ! C’est le bad boy sombre, fougueux qui n’en fait qu’à sa tête et qui émoustille les filles. (je me compte dedans ahah) C’est ce gars qu’on ne doit pas aimer au risque de souffrir, mais dont il est impossible de ne pas s’amouracher. Le jeune homme a mauvais caractère et un beau palmarès de défauts à son actif, mais s’il y a une chose qu’on ne peut pas lui enlever, c’est l’amour. Celui-là même qu’il porte à Romane, sa Romy. Perdu, il a fait une erreur qui lui a couté cher, et lui comme Romane en payent encore le prix fort.

Je termine avec Adrien. C’est le futur mari de Romane, cet homme qu’elle voit calme, solide et capable de lui offrir une vie stable à l’inverse de Milo. Toutefois, derrière sa surface lisse et bien sous tous rapports, se trouve un être sombre et cachotier. Adrien est tout ce que j’exècre chez un personnage et sa fausseté m’a plus d’une fois irritée.

 

En commençant cette romance, je ne m’attendais pas à ce que l’autrice nous offre. J’ai été agréablement surprise et stressée par le tournant de l’histoire.

Amandine m’a embarquée dans un amour tumultueux où remise en question, mensonges, cachoteries, trahison et souvenirs douloureux sont de mise. J’ai pris plaisir à voir Milo tenter de reconquérir Romane, tandis que le fiancé de cette dernière montrait réellement sa personnalité. Au milieu de tout cela, j’ai trouvé une femme perdue, qui ne savait plus où donner de la tête, au point qu’elle a parfois laissé passer des comportements écœurants à son égard. Une femme qui s’est fait malmener de tous les côtés et qui a replongé dans ses travers en revivant les pires moments de son existence.
Lorsqu’elle trouve la force de se relever, j’ai cru que l’histoire s’achevait sur une belle note, mais non, l’autrice m’a emporté dans le passé néfaste de Milo. Un coup de maître que je n’ai vraiment pas vu venir.

En ce qui concerne la plume d’Amandine, j’en suis à trois romans et aucune déception, au contraire, je suis accro à ses mots. J’aime la façon dont elle mêle l’amour et l’action et surtout sa manière de retranscrire les émotions et les sentiments de ses protagonistes.

J’avais commencé Make You Mine sur Wattpad, je l’ai repris en e-book, et je suis ravie d’avoir pu retrouver les personnages puisqu’ils m’ont tout de suite plu.

Vous l’aurez donc compris, je recommande vivement cette romance.

 

Petite note pour l’autrice, c’est la TeamMilo qui te remercie pour cette pépite et mon petit cœur a fait la danse de la joie en lisant tes remerciements. ❤

 

Où me lire

Où me lire

101061966_690722881747911_8009565191823949824_o

Coucou,

Si vous êtes ici, c’est que vous êtes curieux de découvrir mes écrits. Si ce n’est pas le cas, je ne vous en veux pas lol

Dans cet article, je vous laisse les liens vers les plateformes où je publie mes fictions.

Nous étions destinés :   Wattpad; Muple

Ton paradis sera mon enfer :   Wattpad; Plume d’argent ; Muple

J’espère que mon univers vous plaira, pour l’heure, je vous souhaite une belle découverte.