Articles

Sculpt me, tome 2 Koko Nhan

Autrice : Koko Nhan | Édition: Cherry Publishing | Genre : Romance | Pages : 375| Prix Numérique: 4.99€ Broché: 17,94€ | POUR ACHETER CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Attention, si vous n’avez pas lu le tome 1, cet avis contient du spoile.
Vous pouvez par contre retrouver mon avis concernant le tome 1 et sans spoile:
ICI

Il y a des amours qui ne meurent jamais.

Le prince de l’argile a disparu. Ses doigts ont tenté d’oublier quand les miens n’ont pu que se souvenir.

Alors que mon succès naissant me ramène à New York après 2 ans d’absence, le voilà qui croise ma route à nouveau. Et si je n’ai plus grand chose à voir avec la Evy légère et insouciante que j’étais à notre rencontre, lui n’est plus qu’une ombre.

Ses démons l’ont rattrapé et sont en train de le terrasser. Malgré tout le mal que nous nous sommes infligés, je ne peux me résoudre à le regarder se détruire.

Mais serai-je capable de ramener Eliot Millers à la vie ?

 

Tout d’abord, je tiens à remercier Koko Nhan pour le service presse, ainsi que pour sa confiance. Je suis ravie d’avoir pu retrouver Evy et Eliott.

Dans ce deuxième tome, Evy, qui bien que malheureuse, cartonne dans sa vie professionnelle, doit se rendre à New York. Cette ville qui lui rappelle tant de souvenirs, mais surtout celle où Eliott réside toujours. Heureusement, elle peut compter sur le soutien d’Alexander, son ami, qu’elle avait rencontré à l’exposition d’Eliott. Elle savait que ce voyage ne serait pas facile, mais elle ignorait à quel point. En effet, alors que l’homme qu’elle aime réapparait dans sa vie, rien ne se déroule sans peine…

 

Parlons des personnages, je ne vous dirai pas la même chose que pour le premier tome puisque ces deux années passées les ont changés.

J’avais précédemment découvert un Eliott charismatique et sûr de lui avant de voir les failles qu’il dissimulait. Ici, il est au fond du trou, il n’a plus rien de l’homme qu’il était, sa peine est si grande qu’elle le consume. Cet homme est fait de douleur si bien que l’alcool est devenu son meilleur ami. Dans cet opus, Eliott m’a remuée, il m’a touchée par son amour pour Evy, par son désespoir. Il était vide de tout et comme il l’a dit lui-même quand Evy est partie, il n’avait plus rien.

La vulnérabilité de cet homme et la compassion ressentie pour lui m’ont donné des envies de câlins, mais n’en dites rien à mon mari, ça reste entre nous ^^ Vous l’aurez compris cette fois mon coup de cœur va à Eliott.

Quant à Evy, j’avoue que sa souffrance m’a moins émue que celle d’Eliott, pourtant elle a mal et on le sent bien. Peut-être que ça vient du fait que j’ai découvert une femme forte et pleine de bonté sur qui l’on peut s’appuyer. En effet, dans le premier tome, elle était relativement réservée, ici, elle est plus fonceuse, elle se sentait suiveuse, là elle s’affirme et son caractère de cochon arrive toujours au bon moment. Je pense que parce qu’elle m’apparait plus solide ma compassion s’est dirigée vers Eliott.

Quoi qu’il en soit, je trouve une nouvelle fois que les protagonistes se complètent, ils sont une ancre mutuelle et ça les rend plus fort et infiniment plus beaux. (Non, non ! Je ne les aime pas du tout ces deux-là… ça se voit non ? ^^)

Et puis il y a Janis, l’amie d’Eliott qui est d’une loyauté et d’une amitié hors pair. C’est une personne bienveillante dont la façon d’être permet de souffler et de ne pas s’enliser dans le chagrin du couple. J’ai trouvé que la jeune femme apportait une touche de légèreté non négligeable au roman.

 

Parlons du livre dans sa globalité.

Dans ce Sculpt me 2, l’autrice nous montre et nous fait ressentir la peine, l’amour, l’espoir et la vie et elle le fait avec brio. En plus d’être captivante et poignante, la plume de Koko Nhan est d’un réalisme qui m’a permis de m’attacher à ses héros, mais aussi, et surtout, d’éprouver les mêmes choses qu’eux et comprendre l’amour qui les lie.

Qu’on se le dise, Evy et Eliott rejoignent illico ma troupe de couples favoris. (je partagerai ma liste dans un futur proche ^^)

Concernant l’univers du livre, le côté artistique que j’avais adoré et trouvé fascinant est beaucoup moins présent. Néanmoins, je reconnais que la sculpture n’avait pas grand intérêt dans ce deuxième tome, d’autant que l’autrice parvient à nous la faire oublier avec tout ce qu’elle fait vivre à ses protagonistes. Je n’en dirai rien de plus !

En somme, je suis ravie d’avoir pu replonger dans cette histoire, je recommande la lecture de ses deux tomes qui à coup sûr vous embarqueront dès les premières lignes et qui ne vous laisseront pas de marbre… Au contraire !

 

Bravo Koko Nhan pour ces deux pépites !

 

 

Articles·Chroniques

Cobra, tome 1 : Ta corruption te mènera jusqu’à moi Caroline Lor

Autrice : Caroline Lor | Genre : Fantastique / Fantasy | Chapitres : 65 | Disponible sur Wattpad | POUR LIRE CE ROMAN, CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

𝙻𝚊 𝚙𝚑𝚘𝚝𝚘 𝚎𝚜𝚝 𝚞𝚗 𝚖𝚘𝚗𝚝𝚊𝚐𝚎, 𝚕𝚎 𝚕𝚒𝚟𝚛𝚎 𝚗’𝚎𝚜𝚝 𝚙𝚊𝚜 𝚎𝚗 𝚟𝚎𝚗𝚝𝚎 𝚖𝚊𝚒𝚜 𝚎𝚗 𝚕𝚒𝚐𝚗𝚎 𝚜𝚞𝚛 𝚆𝚊𝚝𝚝𝚙𝚊𝚍.

« N’avez-vous jamais peur de votre côté sombre ? Vous savez, ce côté incontrôlable qui sommeille en vous ! Cette petite voix, qui vous donne envie d’arracher la gueule d’ange de celui qui vous insupporte depuis plusieurs minutes. Méjaï possède cette noirceur, bien plus présente que d’ordinaire. Même si, lorsque l’on est vampire, ce n’est pas vraiment un problème. Quand on tombe amoureux et que cette noirceur commence à vouloir totalement vous contrôler, cela peu vite devenir votre pire ennemi.

 

Renfermés, stressés, sont les deux mots qui définissent le mieux la plupart de la population. Jarod en fait partie, mais loin d’être extraverti, il reste dans l’ombre, menant ses recherches au sein d’un laboratoire à la pointe de la technologie et exécute simplement les ordres. Il est ce que l’on appelle un excellent élément si l’on prend en compte qu’il travaille dans une base secrète du gouvernement dissimulant des êtres fantastiques au reste du monde. Mais en découvrant une race inconnue, unique, sortant tout droit des contes et légendes, son cœur balance, mais pas seulement d’ambition. L’amour pousse parfois à faire des choses complètement folles. »

 

Je viens de terminer le premier tome de Cobra que Caroline a accepté de m’envoyer. Je l’en remercie chaleureusement et sa confiance me va droit au cœur. Cobra est une trilogie en cours d’écriture mêlant fantastique et fantaisie, à noter que l’autrice prévoit deux extensions en bonus.

Dans ce roman, nous découvrons Méjaï, une vampire, un être rare qui impressionne. Cette dernière se réveille dans une pièce qui lui est tout à fait inconnue, pire encore, elle ne se rappelle pas comment elle a atterri en ce lieu ni ce qu’il lui est arrivé. La jeune femme n’a aucun souvenir. Loin d’être rassurée, la panique la gagne quand elle remarque qu’elle est reliée à plusieurs fils. Alors qu’elle se pense captive, elle s’attend à devoir faire face à une brochette d’hommes armés, mais c’est Jarod, un médecin, qui fait son entrée dans la pièce. C’est ainsi que débute une sacrée aventure qui ne sera pas de tout repos pour cette vampire… Pour le docteur non plus, il faut dire ^^

 

Parlons un peu des personnages.

Je commence par Méjaï, j’aime beaucoup qui elle est. Malgré ses conditions, je la trouve très humaine dans le sens où ses émotions sont présentes et semblables à celles d’une jeune femme de son âge. Créature puissante quasiment indestructible et parfois sanguinaire, elle se révèle pourtant bien plus proche de nous et il est aisé de s’identifier à elle. Méjaï est relativement facile à vivre (tant qu’on la nourrit), j’apprécie son côté rassurant, son humour, sa loyauté ainsi que l’amitié qu’elle crée avec son équipe, tout cela nous la rend attachante. Mais, elle possède aussi son petit caractère… elle sait se montrer impulsive, elle n’a pas sa langue dans sa poche, c’est une jeune femme qui ne se laisse pas faire et qui ne se démonte pas face à l’adversité. Ajoutez à cela ses pouvoirs surnaturels et imaginez la bad ass qu’elle peut être.

Jarod, ah Jarod… un personnage fort mystérieux. Tantôt doux, amical, un peu craintif, tantôt sûr de lui et un brin magouilleur. J’avoue que même si de façon générale, je l’apprécie, cet homme me perturbe. Je ne sais pas tout à fait que penser de lui, mais j’imagine que les prochains tomes m’aideront à me faire une véritable opinion. Ce que je sais, en revanche, c’est que Méjaï a de l’importance pour lui, qu’il  est sincère avec elle et le fait qu’il œuvre pour son bien lui fait gagner des points. J’aime le comportement de Jarod envers notre vampire et surtout qu’il croit autant en elle. C’est un homme intéressant n’en doutez pas, juste une peu déroutant par moment.

 

Passons maintenant au roman dans sa globalité.

Ce premier tome nous introduit dans l’univers de l’autrice, il pose les bases, le décor, l’intrigue et l’ambiance. Il nous permet également de nous familiariser avec les lieux, mais aussi, et surtout avec les personnages.

J’ai d’ailleurs pris plaisir à rencontrer les membres de l’équipe qui va accompagner notre vampire tout au long de l’histoire. Chacun à sa particularité et chacun à sa manière est attachant, j’ai pour ainsi dire eu un joli coup de cœur pour Visuel, l’onryo* du groupe. Les liens amicaux et la loyauté des uns envers les autres se créer et prendre forme au fil des pages ce qui nous renvoi l’image d’une bande soudée.

À l’inverse, les dirigeants du centre n’ont que l’autorité et les menaces pour eux. Ils n’inspirent pas confiance et le comportement de certains m’a exécré. Je pense notamment à la nouvelle cheffe qui en plus de n’avoir aucune valeur morale, n’a aucune compétence et met l’équipe en danger. Mais parce qu’elle se pense supérieur, elle se fiche des êtres sous ses ordres et se croit tout permis. Autant dire que cette femme m’a fortement agacé et j’espère que notre vampire lui fera payer ses actions. Voilà ! Ressentez l’amour que j’ai pour cet infâme personnage.

La plume de l’autrice ainsi que le vocabulaire utilisé sont simples, mais variés et c’est agréable. Globalement, les descriptions détaillées de Caroline permettent d’imaginer les scènes et de les vivre avec les protagonistes. Quant au rythme tantôt animé, tantôt calme, il nous embarque dans une ambiance mystérieuse de quête qui m’a poussé à me poser des questions, à spéculer sur tel ou tel événement, comme ce fameux côté sombre décrit dans le résumé. J’ai une théorie, mais peut-être que je me trompe totalement, j’aurai ma réponse dans la suite.

De plus, je trouve la fiction et l’intrigue originales. Du moins, je n’ai pas le souvenir d’avoir lu un roman dans le même genre et le fait que la romance ne surplombe pas l’action est appréciable. (Oui, je dis ça, moi, la fan de romance^^) Quoi qu’il en soit, je pense que l’intrigue est bien ficelée et que l’autrice sait où elle veut nous emmener. J’ajoute à cela que l’histoire connaît des rebondissements auxquels je ne me suis pas attendue et qui m’ont tenu en alerte. Par exemple, le lien d’âme, je ne l’ai pas vu venir et c’est vraiment bien joué puisqu’il a piqué ma curiosité et qu’il me tarde d’en savoir plus à ce sujet.

Le seul point déroutant, à part Jarod lol, ce sont les rêves de Méjaï. Je m’explique parce qu’au final, ils le sont sans l’être… Notre vampire a parfois des absences, des flashbacks en quelque sorte. L’autrice a choisi de ne pas les signaler, alors oui au début c’est surprenant. Je me suis d’ailleurs demandé ce qu’il se passait ? Et si j’avais sauté un passage, mais non j’étais juste en train de vivre la même chose que Méjaï. Je me suis habituée aux apparitions soudaines des rêves et je pense que le fait qu’ils soient inattendus est avantageux. En effet, en plus d’apporter des éléments sur la vie de la jeune femme avant son arrivée au centre, ils m’ont personnellement plongé dans une confusion au même moment que le personnage. Et en fin de compte, c’est quelque chose que j’ai apprécié et qui m’a donné l’impression d’être plus proche d’elle, à la différence près que je comprenais avant elle que c’était un rêve^^

 

En somme, je suis ravie d’avoir fait connaissance avec les protagonistes et de les avoir suivis dans leurs missions. Il me tarde maintenant de plonger dans les profondeurs de la suite… 😉

 

* Un onryo est un esprit vengeur capable de causer des dommages dans le monde des vivants. Je ne savais pas du tout ce que c’était, alors je remercie l’autrice pour cette découverte. J’ai googlisé Visuel tant elle m’a interpellée Ahah !

 

 

Articles·Mes Fictions

Nous étions destinés

Les ténèbres ne se trouvent pas seulement dans les endroits sombres. Elles s’insinuent, aussi, dans les esprits. Et il ne tient qu’à nous de laisser la lumière œuvrer, pour qu’enfin se révèle la réalité…

       Zorah, maman fraîchement divorcée, se sent prête à accueillir sa nouvelle vie et se libère de son ex-mari dans les bras d’un inconnu. Elle pensait ne plus jamais le croiser, pourtant quelques mois plus tard, c’est bien lui qui fait irruption dans l’enceinte de son café, en demandant à la voir.

       Joyeuses retrouvailles ? Rien n’est moins sûr. En revanche, leurs vies vont changer du tout au tout.

« Nous étions destinés » est une romance en deux tomes. Elle met en scène une maman solo qui prend la vie comme elle vient, ainsi qu’un homme trahi par l’amour…

Voici ce que je souhaitais partager à travers cette fiction.⁣
La vie est dure, elle nous blesse, elle nous rend heureux, parfois elle est stable, puis sans prévenir elle reprend tout. Elle nous fauche, on se retrouve à terre, on se reconstruit pour devoir tout refaire. On passe notre temps à courir après le bonheur, et les épreuves que nous subissons nous font prendre conscience qu’il se trouve dans les choses les plus anodines du quotidien.⁣
La vie, aussi garce soit-elle, mérite d’être vécue, d’être aimé et à travers l’histoire de Zorah et Aydan, c’est ce que je veux montrer. ⁣
Quand j’apposerai le mot FIN à Nous étions destinés, j’espère que ce fond sera perçu, et si ce n’est pas le cas… C’est que je me serais ratée en beauté xD ⁣

Présentation de Zorah :

À 28 ans, Zorah est divorcée et maman d’une petite fille de 8 ans qui répond au prénom de Malia. ⁣
Passionnée de littérature, elle réalise son rêve en ouvrant un coffeebook, le Marah’s Coffeebooks, avec Marvin, son associé et ami. ⁣

Le soir où son divorce est définitivement prononcé, elle décide de trinquer à sa nouvelle vie dans son bar favori. Séparée, mais pas totalement libre, elle rencontre un homme qui réveille en elle des choses qu’elle pensait éteintes. Une nuit, un homme, c’est qu’il aura suffi pour qu’elle soit marquée à un tournant décisif de sa vie et qu’elle la voie différemment.⁣

Côté caractère, Zorah est plutôt calme et agréable, cependant elle ne se laisse pas marcher dessus, indépendante et libre, personne ne lui dit ce qu’elle doit faire. Elle ne fait pas non plus dans la demi-mesure. Avec elle, c’est soit blanc, soit noir. Zorah peut être aussi douce qu’impétueuse même si elle a un certain contrôle d’elle-même. ⁣

C’est un personnage aimant et bienveillant, que vous découvrirez rempli de tendresse pour sa fille. En effet, Zorah et Malia sont très proches, leur relation est pleine d’amour, de complicité, de confidences, elles se connaissent par cœur et se respectent. Pour l’une comme pour l’autre, la famille compte beaucoup et ça se ressent.⁣

Présentation d’Aydan :

À l’aube de ses 30 ans, cet homme a vu la vie qu’il voulait se construire s’effondrer. ⁣

Le sport étant pour lui une échappatoire c’est tout naturellement qu’il a ouvert sa propre salle « For The Ragnarok »⁣

Alors qu’il faisait tout pour offrir une belle vie à la femme qu’il aimait et à la rendre heureuse, Aydan subit une des pires trahisons. Malgré le soutien de ses proches, il a besoin de faire le vide… ⁣
Au niveau du caractère, il est le jour et la nuit. Au premier abord, Aydan peut se montrer froid, méfiant et pas agréable pour deux sous. C’est un homme impulsif, qui peut faire preuve de violence, quand il est face à certaines situations. À côté de ça lorsqu’il se laisse approcher, ou qu’il va vers les gens, on découvre en lui un homme plutôt sympathique, attentionné, droit, protecteur et parfois peu sûr de lui.⁣

C’est un personnage au passé difficile qui ne se rend pas compte de son importance et qui sous-estime souvent l’amour que les gens lui portent. Pourtant, il est loin d’être un connard (même si ça lui arrive^^). Il a vécu ce qu’il a vécu et tente tant bien que mal d’aller de l’avant. ⁣

J’en ai fini avec la présentation pavé de ma fiction ^^

Si vous vous lancez dans la lecture de « Nous étions destinés » aka « ZoAy », je vous souhaite une belle découverte et vous demande pardon pour les fautes puisque qu’il s’agit d’un premier jet.